Foch : De la Marne à Rethondes, mais aussi de la jeunesse à l’Académie française

Le mythe et les réalités du Maréchal Foch, une biographie complète par Jean-Christophe Notin
Jean-Christophe Notin, primé par l’Académie française pour son livre sur la campagne d’Italie, est spécialiste de l’histoire militaire de la France contemporaine. Auteur de nombreux ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, il vient de publier une biographie du Maréchal Foch, qui a le mérite de retracer sa vie, de sa jeunesse à l’après-guerre. Ferdinand Foch a été élu à l’Académie française le 21 novembre 1918.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : HIST517
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist517.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida3630-Foch-le-mythe-et-les-realites.html
Date de mise en ligne : 9 novembre 2008

L’histoire est généralement écrite par les vainqueurs, les défaites par les vaincus. Dès lors l’historiographie, et surtout l’historiographie du temps présent, peut parfois pêcher ou tomber dans une vision unilatérale, une vision nationale dans l’interprétation des faits, des événements et de l’œuvre des hommes. En résultent des mythes, des légendes aussi qui, avec le temps, ou bien alors tout simplement avec l’éclairage des sources étrangères, peuvent tomber ou, à tout le moins, être nuancés. Au fil du temps, même si les passions des hommes, même si leurs intérêts ne changent pas, les opinions, elles, évoluent. Autres temps, autres moeurs, dit le proverbe. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, la vision de l’histoire évolue au fil des décennies et des siècles.

Le Maréchal Foch (1851-1929)
Le Maréchal Foch (1851-1929)

De la Première Guerre mondiale, les places de nos villes et de nos villages, les cénotaphes de nos églises sont là pour nous rappeler le traumatisme qu’a vécu la France occupée. Le paysage de cette France du nord et du nord-est garde encore les stigmates des affrontements, des bombardements et de ce face à face dans les tranchées. Aujourd’hui, et après la mort du dernier Poilu Lazarre Ponticelli, la lecture de l’événement en tant que tel est moins soumise aux passions, passions pourtant bien réelles il y a encore quelques années.

L’émission « Un Jour dans l’Histoire » vous propose de revisiter un mythe de cette guerre, la Grande Guerre comme on la qualifiait à l’époque, le mythe du Maréchal Foch. On garde de Ferdinand Foch l’image d’un vainqueur, le vainqueur de la Marne ; on garde aussi l’image du commandement unique et de l’armistice de Rethondes. En revanche, nous connaissons moins son combat d’après-guerre et bien moins encore ses origines, sa formation intellectuelle et sa jeunesse.

Qui fut donc le Maréchal Ferdinand Foch ? "Foch, du mythe aux réalités", tel est le thème de cette émission.

Présentation de l’éditeur

Qui incarne mieux la victoire de 1918 que le maréchal Ferdinand Foch (1851-1929) ? Adulé de son vivant, il reçut des funérailles nationales dignes de celles de Victor Hugo avant de devenir, dans la conscience collective, l’égal d’une Jeanne d’Arc, d’un Turenne et même, pour certains, d’un Bonaparte. La postérité a sculpté le buste impressionnant d’un général sûr de lui, de ses théories et de son commandement, renversant le cours des batailles auxquelles il prenait part. Mais qui était le "vrai" Foch ?

Jean-Christophe Notin
Jean-Christophe Notin

Avec son souci habituel de la documentation et à l’aide de nouvelles archives, françaises ou étrangères, l’auteur a repris l’une après l’autre chacune des étapes de la carrière du maréchal en tentant de démêler le mythe de la réalité. De ce long et passionnant travail ressort un portrait beaucoup plus balancé. C’est ainsi que les enseignements de Foch à l’École de guerre apparaissent avoir programmé les revers de 1914 plus que prévu la victoire de 1918. Sa conduite de la bataille, ses échecs durant les trois premières années et le limogeage qui s’ensuivit prennent une autre résonance, tout comme son retour en grâce et sa nomination au commandement suprême en 1918.
Mais isoler ses erreurs permet aussi de mettre en relief sa formidable contribution. Fédérateur, clairvoyant et inspirant, Foch, à lui seul, a semblé porter quatre ans durant l’espoir inextinguible de la victoire. Jean-Christophe Notin analyse également de manière inédite et approfondie l’influence exercée par le Maréchal, pendant mais aussi après la conférence de la paix.
La statue de Foch en sort rénovée et se pare enfin de couleurs qui lui rendent sa vraie et grande valeur.

L’auteur

Jean-Christophe Notin a notamment publié La Campagne d’Italie (Tempus, 2007), qui a reçu le prix maréchal Foch de l’Académie française, et un Leclerc qui fait désormais autorité. Son dernier roman, Nom de code : la Murène, est paru au Seuil.

Retrouvez J.-C. Notin dans une autre émission consacrée à la campagne d’Allemagne en cliquant ici.

- Retrouvez la page La Grande Guerre : toutes nos émissions

- Consulter sa fiche sur le site de l’Académie française : www.academie-francaise.fr

- Ecoutez des extraits de l’une de ses oeuvres : Un colloque sur Apprenez à penser, du Maréchal Foch, de l’Académie française

Les grandes dates de Ferdinand Foch sont sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires