EDITORIAL

Chers amis, chers auditeurs,



Le 7 juillet dernier, l’Académie des sciences a publié un avis portant sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim intervenue quelques jours auparavant. (1) Dans ce texte concis, les auteurs, membres du Comité de prospective en énergie de l'Académie des sciences, s’interrogent de façon plus globale sur la pertinence de la politique énergétique française. Leur inquiétude porte notamment sur la volonté affichée d’arrêter d’ici 2035 douze autres réacteurs dans le cadre d’une diminution de 75 à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité.



En effet, comme l’explique Marc Fontecave, chercheur en chimie bioinorganique et président du Comité, dans l’entretien qu’il nous a accordé, “si louable soit-elle, cette volonté de remplacer à court terme le nucléaire par des énergies renouvelables se heurte à des réalités scientifiques, technologiques, géographiques et économiques trop souvent ignorées”. Parmi d’autres données, il souligne notamment que “c’est grâce au nucléaire que la France est l’un des pays les plus vertueux en matière d’émission de CO2”. Ainsi, “la production d’un kWh en France émet dix fois moins de CO2 qu’en Allemagne”, pourtant louée pour avoir entrepris de se débarrasser totalement de l’énergie nucléaire.



Précisons que Marc Fontecave consacre l’essentiel de ses travaux de recherche aux procédés de stockage de l’énergie qui permettraient justement de recourir de façon plus massive aux énergies renouvelables. Son argumentation ne saurait donc être réduite à un plaidoyer en faveur du nucléaire. Elle exprime plutôt le désir de voir s’instaurer sur ces questions un débat public rationnel. Tel est également l’objectif poursuivi par notre programmation de cette semaine, entièrement centrée sur les enjeux énergétiques : offrir à chacun les éléments indispensables pour se forger une opinion éclairée.



Bonne écoute !



Xavier DARCOS



Chancelier de l’Institut de France



(1) “Fermer Fessenheim et dautres réacteurs est un contre-sens, avis de l’Académie des sciences, le 7 juillet 2020.


Le grand entretien de la semaine

Le nucléaire, meilleur allié dans la lutte contre le réchauffement climatique



« Même si l’on s’accorde sur la nécessité d’accélérer la recherche et le développement sur les énergies renouvelables et le stockage, il faut garder un nucléaire fort, sûr et bon marché, pour que la France maintienne sa position de pays parmi les moins émetteurs de CO2, position qu’elle doit au choix historique de ce mode de production et qui est compatible avec les scénarios les plus favorables du GIEC. Il faut donc très rapidement prendre la décision de construire de nouveaux réacteurs pour remplacer ceux dont l’arrêt est programmé ou qui arriveront bientôt en fin de vie. »



Extrait de “Fermer Fessenheim et d’autres réacteurs est un contre-sens”, avis de l’Académie des sciences, le 7 juillet 2020.

volume

Écoute en direct

volume
En cours :
Depuis 07:38:52
Nucléaire : Le point de vue économique, par Jacques Lesourne, Jacques Percebois et Jean-Paul Bouttes
Leurs interventions au Colloque "Quel avenir pour le nucléaire dans la politique énergétique française ?(1/3)

Prochainement :

Commence à 08:28:26
Jean Salençon, membre de l’Académie des sciences : Les alternatives énergétiques dans les décennies à venir
Présentation de sa conférence inaugurale à l’Ecole des Ponts ParisTech le 27 août 2009

Émissions de la semaine

Après Fessenheim : l’urgence d’une politique énergétique rationnelle et réaliste Affinités électives Entretien avec Marc Fontecave, président du Comité de prospective en énergie de l’Académie des sciences
Nucléaire : Le point de vue économique, par Jacques Lesourne, Jacques Percebois et Jean-Paul Bouttes Société Leurs interventions au Colloque "Quel avenir pour le nucléaire dans la politique énergétique française ?(1/3)
Nucléaire : Pourquoi et comment en sortir ? Le point de vue de Benjamin Dessus, président de Global Chance Société Son intervention au colloque "Quel avenir pour le nucléaire dans la politique énergétique française ?(2/3)
Nucléaire : Quels risques pour les générations futures ? Points de vue du philosophe Jean Baechler et de l’économiste Michel Pébereau Société Leurs interventions au colloque "Quel avenir pour le nucléaire dans la politique énergétique française ? (3/3)

Magazine de la semaine

Chaque semaine, Canal Académie vous propose une sélection issue de ses archives pour prolonger le grand entretien

« Quelle politique de l’énergie pour assurer la compétitivité de notre économie, réduire notre dépendance extérieure et protéger l’environnement ? » Communication de Jean-Paul Bouttes, chef économiste d’EDF, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 3 juillet 2017.
L’énergie nucléaire, mieux connaître son histoire pour comprendre ses enjeux avec Roger Balian, membre de l’Académie des sciences, et Bertrand Barré, professeur émérite à l’ Institut national des sciences et techniques nucléaires
Jean Salençon, membre de l’Académie des sciences : Les alternatives énergétiques dans les décennies à venir Présentation de sa conférence inaugurale à l’Ecole des Ponts ParisTech le 27 août 2009
Pierre Gadonneix : les ressources mondiales en énergie Une communication donnée à l’Académie des sciences morales et politiques lundi 23 janvier 2012
L’exploitation des gaz de schiste : une solution ? Michel Combarnous, membre de l’Académie des sciences
Hydrogène : une révolution énergétique à l’horizon 2030 avec Marc Fontecave membre de l’Académie des sciences et Vincent Artero, lauréat du prix Mergier-Bourdeix de l’Académie des sciences
Centrales nucléaires : fonctionnement, durée de vie et protocole de sécurité en France avec Guy Laval de l’Académie des sciences et Gilbert Ruelle de l’Académie des technologies
Energies du futur : les choix et les pièges avec Bernard Tissot, membre de l’Académie des sciences
ITER : l’énergie nucléaire à partir des océans Avec Guy Laval, physicien, académicien des sciences
Les éoliennes : une fausse bonne idée pour la France ? Confrontation des points de vue de Michel Combarnous, correspondant de l’Académie des sciences et Gilbert Ruelle, membre de l’Académie des technologies