Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Calvin ou la biographie déformée d’un juriste au service de la parole

Avec Jean-Luc Mouton, directeur de l’hebdomadaire protestant Réforme

Jean-Luc Mouton vient de faire paraître Calvin chez Gallimard en le décrivant comme un véritable prophète qui a renouvelé les conceptions de l’Eglise. Souvent dépeint négativement, caricaturé et largement ignoré, Calvin mérite beaucoup plus que la réputation qui lui est faite. Notre invité explique les origines de ce discrédit.


Bookmark and Share

Notre invité, Jean-Luc Moutou : Après avoir suivi une formation de juriste, de théologien et de journaliste politique, et exercé diverses missions dans le protestantisme - il a été responsable national des Eclaireurs unionistes de France et aumônier universitaire à Strasbourg -, Jean-Luc Mouton se consacre depuis une vingtaine d’années à la presse écrite nationale. Ancien chef du service politique au quotidien La Croix, il a collaboré à de nombreuses émissions de radio, en particulier sur France Culture où il a animé une rencontre culturelle et religieuse hebdomadaire. Il est actuellement directeur de l’hebdomadaire protestant Réforme.

Il écrit : « Humaniste, fin lettré, juriste et théologien, Jean Calvin (1509-1564) est l’un des pères de la Réforme protestante. Venu après Luther, c’est dans une langue admirable qu’il développe et systématise les principes d’une foi évangélique libérée des superstitions et des carcans issus du Moyen Âge. Travailleur forcené, malgré une santé défaillante, réfugié à Genève où il tente d’organiser une République nouvelle, il éblouit par ses ardeurs intellectuelles mains n’en suscite pas moins polémiques et haines inexpugnables. Caricaturé et largement ignoré, Calvin mérite beaucoup plus que la réputation de rigueur qui lui est faite.



Être complexe, à la fois rationnel et passionné, il est bien ce « prophète » jeté dans le monde moderne, chargé de ramener ses contemporains, lettrés et illettrés, à la pureté de l’Evangile.

27 Mai 1564. En ce début d’après-midi, quelques personnes s’avancent sous le soleil printanier vers le cimetière de Plain palais, aux abords de la ville de Genève. Dignes mais visiblement affectées, elles s’approchent d’une large fosse de terre fraîchement retournée. De ce petit groupe émergent les silhouettes de Théodore de Bèze, le successeur, Marie, sa sœur et quelques intimes.



La foule des anonymes ne participe pas à l’évènement. Pas de cérémonie. Pas discours. Pas d’hymnes. La fosse commune est ouverte, béante, devant le petit cercle. Lentement, sans un mot, le corps du défunt est porté en terre. Il repose là, entouré d’un simple linceul. Sans cercueil, simplement cousu dans un drap de grosse toile. Il n’y aura ni tombe, ni(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires