EDITORIAL

Chers amis, chers auditeurs,

Voici quelques mois, l’historien Jean Tulard, spécialiste bien connu de la période napoléonienne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, a publié un ouvrage consacré à Rossini sous Napoléon (1). Il s’y penche sur une énigme qui, depuis presque deux siècles, intrigue les amateurs d’opéra : comment expliquer qu’après la représentation triomphale de son Guillaume Tell, le 3 août 1829 à Paris, Rossini ait décidé de s’enfermer dans un silence de quarante ans, à peine rompu par la composition de trois œuvres religieuses ?

Fervents admirateurs du compositeur italien, Balzac, Stendhal, Dumas ou encore Théophile Gautier, ont avancé, chacun de leur côté, des hypothèses. Rossini lui-même éludait la question en se prétendant “paresseux” et désormais davantage intéressé par la composition de recettes gastronomiques comme le fameux tournedos avec foie gras qui porte son nom !

Faute d’être convaincu par ces explications, Jean Tulard a rouvert le dossier. En évoquant la carrière musicale de Rossini sous Napoléon, alors roi d’Italie, et l’essor de la légende née à Sainte-Hélène après la mort de l’Empereur, il propose une autre interprétation. Et si Guillaume Tell, œuvre patriotique rompant radicalement avec les opéras-bouffes qui avaient fait sa renommée, représentait le testament politique de Rossini ?

Cette nouvelle hypothèse ne manquera pas d’intéresser les amateurs d’opéra. C’est pourquoi, en complément de l’entretien inédit que nous a accordé Jean Tulard, nous vous proposons cette semaine une programmation entièrement consacrée à ce genre musical. Grâce aux interventions de Paul Andreu, Yves-Marie Bercé, Jean Dutourd, Hugues Gall, Michaël Levinas, Danièle Pistone, et Pierre-Jean Rémy, il y sera question de musique bien sûr, mais également d’histoire, de littérature et même d’architecture.

Bonne écoute !

Jean-Robert Pitte
Président de Canal Académie

(1) Rossini sous Napoléon, par Jean Tulard, Editions SPM, août 2016, 60 p., 24 euros.

Le Gros plan

Le silence de Rossini



« Le lundi 3 août 1829, le rideau se baisse sur la première représentation à l’Académie royale de musique de Guillaume Tell, opéra en quatre actes de Gioachino Rossini, livret de Victor-Joseph-Etienne de Jouy et Hippolyte-Louis-Florent Bis, d’après Friedrich von Schiller […]. La gloire de Rossini atteint ce soir-là son apogée. Il est pour Paris, à 37 ans, “le plus grand compositeur du monde”.
Le responsable des programmes du théâtre l’interroge : “Quel sera, Maître, votre prochain opéra ?” “Il n’y en aura pas”, lui répond Rossini. Un silence de quarante ans va en effet décevoir l’attente du public. Un silence rompu par un magnifique mais bien peu mystique Stabat Mater que dirige Donizetti, en 1842, à Bologne, et un chant funèbre en hommage à Meyerbeer en 1864, la même année qu’une petite messe solennelle. Aucun opéra, pas de musique profane. Venu se fixer à Paris en 1824, Rossini s’interrompt de composer en 1830, alors qu’il ne devait mourir qu’en 1868. »
Extrait de Rossini sous Napoléon, par Jean Tulard, Editions SPM, août 2016, 60 p., 24 euros.

Mises en ligne cette semaine

Ecoutez actuellement

Mardi 21 février

Depuis 08:24:06
Charles Garnier : un génie de l'architecture pour l'Opéra de Paris et bien d'autres chefs-d'oeuvre
avec Hugues Gall, de l'Académie des beaux-arts

Prochainement :

Commence à 08:44:30
Hugues Gall, de l'Académie des beaux-arts, et l'opéra
Rencontre avec le directeur de l'Opéra national de Paris de 1995 à 2004

Retrouvez sur le Club

Rossini sous Napoléon Une enquête de Jean Tulard sur le silence de Rossini après le triomphe de son Guillaume Tell
« Comment réduire drastiquement le nombre de jeunes français qui sortent de notre système éducatif avec un niveau très insuffisant ? ». Communication donnée le 6 février par Christian Forestier, ancien administrateur général du CNAM, devant l’Académie des sciences morales et politiques.
Le mondain, un poème de Voltaire, de l’Académie française "J’aime le luxe, et même la mollesse"... une lecture donnée par Robert Werner

Discours de réception de M. Andreï Makine à l’Académie française

Académie des Sciences : Duplex avec la Station Spatiale Internationale

Académiciens et Invités des académies

Pour chaque sujet Canal Académie vous propose un article à lire
et une émission à écouter.

L’Opéra de Pékin : l’architecture des arts du spectacle Rencontre avec son architecte Paul Andreu de l’Académie des beaux-arts
Passion-Passe-Temps : Jean-Marie Lehn, amoureux d’opéra L’académicien des sciences, prix Nobel de chimie confie sa passion pour la musique
Leporello, valet de Don Giovanni Avec Jean Dutourd de l’Académie française
Le Dictionnaire Amoureux de l’Opéra Auteur : Pierre-Jean Rémy, de l’Académie Française
Le silence de Rossini selon Dumas Extrait lu de Rossini sous Napoléon, par Jean Tulard (Editions SPM, 2016).
Petite histoire de l’entrée des compositeurs à l’Académie des beaux-arts Avec Danièle Pistone, musicologue, correspondant de cette Académie
« Comment réduire drastiquement le nombre de jeunes français qui sortent de notre système éducatif avec un niveau très insuffisant ? ». Communication donnée le 6 février par Christian Forestier, ancien administrateur général du CNAM, devant l’Académie des sciences morales et politiques.
« Liszt et Wagner » Communication de Georges Liébert en séance de l’Académie des beaux-arts, le 1er octobre 2014.
Debussy et l’opéra, par Michaël Levinas Lors de la "Journée Debussy" à l’ACADEMIE DES BEAUX-ARTS
Hugues Gall, de l’Académie des beaux-arts, et l’opéra Rencontre avec le directeur de l’Opéra national de Paris de 1995 à 2004
Jules Massenet : à 36 ans, il entrait à l’Académie des beaux-arts ! Danièle Pistone, correspondant de cette Académie, évoque le compositeur pour le centenaire de sa mort en 1912
Ferdinando Paër, protecteur et professeur de Franz Liszt Avec Danièle Pistone, correspondant de l’Académie des beaux-arts, directrice de l’Observatoire Musical Français
Le mythe de Thésée et la musique de Lully, par Danièle Pistone, correspondant de l’Académie des beaux-arts Une tragédie à grand succès, tombée dans l’oubli, puis remise au goût du jour...
Frédéric Vitoux, de l’Académie française, et la mémoire émotionnelle L’académicien, rencontré au Festival de Fès, évoque le thème du souvenir
Michel Pastoureau : Les couleurs de nos souvenirs L’historien Michel Pastoureau, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, évoque les couleurs de sa génération, des années 50 à nos jours
Le projet des « lieux de mémoire » : Pierre Nora, de l’Académie française "Avec le temps, la mémoire a perdu son sens... devenant une cause, une industrie, un moyen de pression"
La mémoire de l’Etat : Histoire des archives nationales par Jean Favier, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
La terre et la jeunesse Extrait lu de Torrent, d’Angelo Rinaldi (Fayard 2016).
La mémoire, nouvelles connaissances, mécanismes et pathologies par Bernard Lechevalier, Stanislas Dehaene et Jean-Pierre Changeux, membres de l’Académie des sciences
L’élasticité du temps dans notre cerveau et en physique avec Claude Debru et Pierre Buser, auteur du Temps, instant et durée, membres de l’Académie des sciences
Le passé est-il présent ? Discours de Philippe Beaussant, délégué de l’Académie française
Le temps passe-t-il ? Discours de Thibault Damour,délégué de l’Académie des sciences
“Un passé encombré et fragile” Discours de M. Paul Andreu, délégué de l’Académie des beaux-arts
“Le passé entre obsession et oubli” Discours de Georges-Henri Soutou, délégué de l’Académie des sciences morales et politiques.
Académies européennes : mémoire, recherche et création avec Hélène Carrère d’Encausse, Dominique Meyer et Michel Zink
Mémoire et mélancolie, mémoires apocryphes de Thérèse Rousseau Par Jean-Didier Vincent, de l’Académie des sciences, et Paul Vert
Madame de Sévigné et la médecine du Grand Siècle Par Yves Pouliquen et Angelo Rinaldi, de l’Académie française

Le fil info au jour le jour

Académie des inscriptions et (...)

24 février

« Pour la Lycie (et l’Achaïe) contre la Hollande (et la Suisse) : nouvelles perspectives sur Montesquieu et le fédéralisme ? ». Communication de M. Denis Knoepfler, associé étranger de l’Académie. En savoir plus : www.aibl.fr.

Académie française

23 mars

Élection au fauteuil de M. René Girard (F37). Après une première élection blanche le 17 novembre 2016, l’Académie française a décidé de procéder à une nouvelle élection au fauteuil de M. René Girard. En savoir plus : www.academie-francaise.fr

Académie des sciences morales (...)

20 février

« Comment assurer rapidement et durablement l’équilibre et l’équité de nos systèmes de retraite ? ». Communication de Philippe Trainar, conseiller du président de Scor.

Académie des sciences

21 février

« Les problèmes éthiques associés à la modification des organismes par la technologie CRISPR-Cas9 ». Colloque de l’Académie des sciences à partir de 14h30, dans la Grande salle des séances de l’Institut de France - Inscription obligatoire avant le 21 février 2017 En savoir plus : www.academie-sciences.fr.

Académie des beaux-arts

“Le sport, tout un art”, dossier de l’édition d’hiver de la Lettre de l’Académie des beaux-arts. Il peut être consulté et téléchargé sur : www.academie-des-beaux-arts.fr.
Académie des inscriptions
Académie française
Académie des sciences
Académie des sciences
Académie des beaux-arts