Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Une Journée à l’Académie des beaux-arts avec Bernard Perrine

Retransmission de l’intervention du correspondant de la section photographie de l’Académie des beaux-arts

Comment la photographie peut-elle échapper à la banalité quand on évalue à quelques huit cents milliards, les "clics" réalisés par différents matériels qui permettent de capturer des images, en 2012. Le correspondant de l’Académie des beaux-arts dans "la section Photographie", Bernard Perrine dresse un bilan de l’évolution de la "photo". Ses interrogations : À quel modèle se fier ? et Qu’est-ce que la photographie aujourd’hui dans ce monde d’images connectées ou non ?


Bookmark and Share

Texte de la communication de Bernard Perrine


La photo entre modèle(s) et banalité

Le titre peut sembler provocant, outrancier ou simplificateur. Il n'a pour but que de synthétiser les
questions que l'on est en droit de se poser, sur la place, le sens et le rôle de la photographie dans
un monde qui a transgressé le sens des images photographiques ou non. C'est pour cette raison
que, contrairement à mes convictions, j'ai utilisé pour ce titre le terme "photo" plutôt que le mot
photographie.

Les modèles, ce seraient les différents courants et contre-courants que la photographie a forgés tout au long de son développement et de son histoire, depuis la première photographie de Joseph Nicéphore Niépce "Le point de vue du Gras", propriété de l'Université du Texas à Austin et exposée jusqu'au 6 janvier 2013 au musée Reiss-Engelhorn, Forum für Internationale Fotografie à Mannheim.

La banalité, ce sont les quelques huit cents milliards de "clics" qui ont été réalisés par les différents matériels qui permettent de capturer des images, en 2012 ou les 7 milliards de photos (d'images) téléchargées chaque mois sur "Facebook" en 2011.


À quel modèle se fier ?


Sans s'attarder longuement sur ses origines, nous en dirons simplement deux mots pour rappeler que la reconnaissance de la photographie et le don de son invention au monde se forgea entre ces
murs le 19 août 1839. L'autre mot sera pour souligner que cette reconnaissance se fit par l'Académie des Sciences qui, dans les décennies qui suivirent, enregistra ses premiers développements alors que dans le même temps, les milieux artistiques, sous la bannière de Jean Auguste Dominique Ingres, se déchainaient contre le nouveau medium "C'est beau la photographie… C'est très beau mais il ne faut pas le dire…" Malgré quelques textes éclairant ces débuts, en particulier ceux de Paul-Louis Roubert, il y a encore beaucoup à écrire sur ce socle, premier modèle qui, depuis ses origines a fait pencher la photographie vers les univers scientifiques. Il y aurait beaucoup à dire sur le fait que la photographie est partie dans l'unicité du modèle alors que pour Nicéphore Niépce et William Henry Fox Talbot la multiplication devait l'emporter sur la capture.

On en trouverait justification(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires