Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Relecture de Raymond Aron, "Paix et guerre entre les nations", 50 ans après (1/2)

Retransmission des interventions de G.H. Soutou, P. Hassner et J.C. Casanova, lors des Entretiens de l’ACADEMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES

Ces Entretiens consacrés à une relecture de l’oeuvre de Raymond Aron cinquante ans après la parution de "Paix et guerre entre les nations" offrent cinq points de vue complémentaires pour mieux cerner la fécondité de sa pensée pour toute une génération d’intellectuels, dirigeants et responsables politiques du monde entier. Retransmission proposée en deux parties. Voici la première où vous pouvez entendre Marianne Bastid-Bruguière qui présidait ces Entretiens le lundi 5 novembre 2012, puis les points de vue de l’historien Georges-Henri Soutou, du philosophe Pierre Hassner, et de l’économiste, par Jean-Claude Casanova. La seconde partie propose, elle, les exposés de Thierry de Montbrial et du diplomate Jean-David Levitte.


Bookmark and Share

Raymond Aron était membre de l'Académie des sciences morales et politiques ; élu en 1962, il y siégea durant vingt ans jusqu'à sa mort en 1982. Son oeuvre majeure "Guerre et paix entre les nations" est parue en 1962. Il y observe que, dans le passé, les temps de troubles ont incité à une méditation (Platon, Spinoza, Rousseau...) mais que les lendemains de la Seconde Guerre mondiale n'ont pas généré semble-t-il des réflexions du même ordre.

Les textes ci-dessous ne sont qu'un résumé rédigé par la rédaction de Canal Académie des propos des intervenants. Ils seront publiés par l'Académie ultérieurement.

- 1 - Georges-Henri Soutou : le point de vue de l'historien

L'intervenant rappelle ce qu'écrivait Aron lui-même : "La théorie que ce livre développe a pour titre "Paix et guerre entre les nations" parce qu'elle tend à la mise en forme rationnelle de la conduite stratégico-diplomatique". L'ouvrage propose un large contenu historique, Aron se servant de l'histoire comme source de réflexions et d'exemples. Comme le constate G.H. Soutou : "L'histoire est omniprésente et étroitement intégrée à l'ensemble de l'ouvrage" et il analyse en détails les références historiques de Raymond Aron. Les réflexions les plus fondamentales qui ont compté dans son travail relèvent essentiellement de trois auteurs :
- Hans Delbrück, historien allemand du début du XXe siècle (1848-1929) (Aron y puise toute une problèmatique de la guerre réelle historique par rapport à la guerre théorique) ;
- Treitschke (historien prussien (théorie du primat de la politique extérieure des Etats-Nation)
- Arnold Toynbee (et accessoirement Oswald Splinger) (montée et déclin des civilisations, thème qui fascine Aron).

Aron n'adhère pas forcément à ces auteurs mais il les cite souvent comme type de réflexion, comme instrument d'analyse de l'évolution du monde. G. H. Soutou expose aussi la notion de civilisation selon Aron en citant plusieurs passages de son oeuvre.

Quelle place accordée à l'histoire dans "Paix et Guerre" ? Aron se tient loin de l'histoire universitaire et se penche surtout sur les historiens qui donnent à penser... Selon Aron, les historiens préfèrent raconter les relations internationales plutôt que les analyser.
Aron a compris quelque chose de fondamental : que l'histoire n'est pas(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires