Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Qui est Quoy ? Naturaliste, médecin de la marine à voile, et correspondant des académies trop méconnu !

Par Françoise Thibaut, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques

Qui se souvient de Jean-René QUOY, médecin de la marine, naturaliste, qui accomplit entre 1817 et 1829 deux circumnavigations, rapportant un nombre incroyable de spécimens, continuant ainsi l’œuvre de René-Primevère Lesson ? Il eut pourtant son heure de notoriété, par la publication de ses travaux, sa première élection en tant que correspondant de l’Académie de médecine ; puis, peu après une Légion d’honneur bien méritée, il fut également élu membre correspondant de l’Académie des Sciences. Françoise Thibaut qui plonge volontiers dans les histoires de la marine à voile, réveille dans cette chronique la mémoire de ce héros, aventurier et savant...


Bookmark and Share

Qui est Jean-René Quoy, héros oublié d’une des dernières grandes aventures de la marine à voile, pluridisciplinaire, insatiable et aventureux encore dans la mouvance de l'Europe des Lumières ?
Il est un héros sage et un peu froid, discipliné, qui n’aime guère parler de lui-même et ne se livra à aucune extravagance ; c’est peut être la raison de cet injuste oubli.

Jean-René Quoy est né le 10 novembre 1790 à Maillé en Vendée ; il fut le seul de ses quatre autres frères à être baptisé, car les suivants, nés pendant la Révolution, ne purent l’être. Le curé de la paroisse, réfractaire au serment républicain, fut guillotiné à La Rochelle. Voilà une vie qui ne commençait pas dans un contexte bien favorable !


Judicieusement, ses parents envoyèrent leur rejeton à la campagne, chez une tante, à Saint Jean de Liversay. C’est là que Jean-René fut élevé, dans ce village auquel il resta toute sa vie très attaché et où il se retira les dix dernières années de sa vie, avant de décéder à Rochefort en juillet 1869.


Il appartient à une famille de médecins, d’origine nivernaise, mais établie dans cette région d’Aunis depuis plus d’un siècle. A l’âge de 6 ans il est pensionnaire à Marans, chez un instituteur fort correct qui l’emmène aux fêtes républicaines, dont il restera très marqué. Le Consulat et Bonaparte, en 1799, ramènent la tranquillité, et la famille se regroupe à Saint Jean. Dès l’âge de 9 ans, son père l’initie à quelques actes médicaux : il aide aux saignées, apprend les plantes médicinales ; ce père si passionné de son métier lui raconte sa vie d’étudiant, le bonheur de soigner et guérir.


La famille est nombreuse : 6 enfants ; la mère très occupée, le père absorbé par sa clientèle. Un curé revient au village, mais comme les Quoy occupent l’ancienne cure, il prendra ses repas chez eux en attendant d’être correctement logé. L’enfant lit beaucoup, notamment les humanités classiques, Ovide, Virgile, découvre la religion dans une Vie des Saints appartenant à sa mère .
Notables de province, ses parents « reçoivent et sont reçus » ; il s’habitue ainsi aux mœurs nécessaires pour être à l’aise dans « la bonne société » de son temps.



Il a bientôt 16 ans. Son père le destine à la médecine ; mais comme il n’y aura pas assez d’argent pour aller faire de longues études de médecine civile à Paris ou à(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires