Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Debussy et la nature : "Je me suis fait une religion de la mystérieuse nature"

par François-Bernard Mâche, lors de la "Journée Debussy" à l’ACADEMIE DES BEAUX-ARTS

L’Académie des beaux-arts a proposé une "Journée Debussy" le 24 octobre 2012, en commémoration du 150è anniversaire de la naissance du célèbre compositeur, mort trop jeune juste avant d’avoir pu être élu membre de cette académie. Plusieurs intervenants, parmi les meilleurs connaisseurs, ont été invités par le président de l’année François-Bernard Michel. La journée était animée par le musicologue Gilles Cantagrel. Canal Académie retransmet ici l’intervention du compositeur François-Bernard Mâche, membre de l’Académie depuis 2020 intitulée "Debussy et la nature", belle occasion de mesurer, par un choix de citations, combien elle fut source d’inspiration, et une sorte de "religion". Les autres interventions de cette Journée sont également disponibles à l’écoute et au téléchargement.


Bookmark and Share

Laissons tout d'abord Gilles Cantagrel présenter François Bernard Mâche : "La dernière intervention de cette journée devrait nous permettre de la clore sur une touche poétique. En effet, dans son recueil de brèves chroniques sur la musique et les musiciens de son temps, brillamment écrites d’une plume parfois trempée dans le vitriol, Monsieur Croche antidilettante, Debussy fait dire à son personnage, réplique du Monsieur Teste de Paul Valéry : « N'écouter les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte l'histoire du monde ». Et Monsieur Croche ne manque pas, en évoquant la musique de plein air, d’admirer « la belle leçon de liberté contenue dans l’épanouissement des arbres ». Toute la poétique de Debussy se résume ici. Que ce soit les préludes pour piano, Ce qu’a dit le vent d’ouest ou Le vent dans la plaine, ou à l’orchestre, le Dialogue du vent et de la mer, troisième tableau de La Mer, non seulement la mer et le vent, mais aussi la forêt, les jeux de l’eau, la lune, autant d’« images » ou d’« estampes » qui révèlent le talent de peintre de Debussy, la subtilité de son coloris et son acuité visuelle autant que son amour de la nature.
François-Bernard Mâche, compositeur, qui vient de fêter son centième opus, musicologue, écrivain et érudit, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de lettres classiques et docteur d’État en musicologie, vous avez enseigné l’Histoire de l’Art antique et dirigé le département de musicologie de l’Université de Strasbourg. Vous avez aussi fondé aux côtés de Pierre Schaeffer et de Luc Ferrari, le Groupe de Recherches Musicales de la Radio, le fameux GRM. Le musicologue en vous s’est intéressé de très près aux voix de la nature et aux langages de certains animaux, qui ont tant à nous apprendre. À nous d’apprendre maintenant, en vous écoutant".





Texte de François-Bernard Mâche :
" Le sujet que j’ai décidé d’évoquer, Debussy et la nature, est un de ceux qui ont été le plus étudiés à son propos. Je l’ai cependant choisi parce que, comme Debussy, j’y attache la plus grande importance, et parce que malgré cela j’y associe des idées et des pratiques très différentes des siennes. Je suis donc heureux que Gilles Cantagrel m’ait procuré l’occasion de cette réflexion sur un compositeur qui est une des sources principales, bien que déjà lointaine, de ma(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires