Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les archives de Georges Duhamel données au département des Manuscrits de la BNF

Charles-Eloi Vial, conservateur et chargé de collection, raconte l’histoire du don de l’académicien

Charles-Eloi Vial, conservateur au département des Manuscrits de la BNF, nous raconte dans quelles circonstances les fils de Georges Duhamel ont décidé de léguer les manuscrits de tous les écrits de l’académicien.


Bookmark and Share

Les manuscrits des œuvres de Georges Duhamel ont été donnés en 1991 par ses trois fils. Ils ont depuis été classés et reliés. Charles-Eloi Vial, conservateur au département des Manuscrits de la BNF, explique que la correspondance, quant à elle, est arrivée en plusieurs étapes. La dernière date de 2009 et reste en cours de classement. Elle contient 286 boîtes et environ 200.000 lettres.



Selon notre invité, Georges Duhamel semblait très attaché à la BNF. Il était en réalité très lié à l'un des administrateurs de la bibliothèque et avait même préfacé plusieurs catalogues de la BNF. Ayant soutenu la création de la société des amis de la BNF, il en avait été président pendant plusieurs années.

Charles-Eloi Vial nous vante les éléments majeurs du don qui mettent bien en avant le rôle intellectuel immense de l'académicien en son temps. Il avait accumulé les plus grands honneurs : directeur du Mercure de France, élu à l'Académie française en 1935, à l'Académie de médecine en 1937, secrétaire perpétuel en 1934, élu la même année à l'Académie des sciences morales et politiques. Il est resté un ardent défenseur de la langue et de la culture française et nous retrouvons à travers ses écrits la dénonciation virulente de la mécanisation de la société, les appels au pacifisme des années trente, et l'appel à la remilitarisation de la France et de l'Angleterre face à la menace allemande à la fin des années trente.


Sur la correspondance de Georges Duhamel

- «Il ne prenait plus la parole pendant la guerre et à travers sa correspondance on peut découvrir sa vie et ce qu'il pense. Cette correspondance permet de voir émerger à nouveau tout un réseau d’intellectuels, d'artistes, de scientifiques, d'admirateurs, d'anciens combattants qui écrivaient à l'académicien. Ainsi, nous pouvons lire une centaine de lettres de la correspondance avec Romain Rolland, ou encore la vie de la rédaction du Mercure de France. Le fonds est extrêmement varié. On sent l'impact qu'il avait à son époque.

- On trouve aussi des récits de voyages, des carnets de notes, des lettres qu'il pouvait écrire à sa femme, à ses enfants lors de ses voyages en Russie, aux États-Unis, en Amérique du sud, en Afrique du nord, au Japon... Les impressions sont très personnelles, tout cela est bien sûr très émouvant. »


À terme, les manuscrits et la correspondance(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires