Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Lucien Clergue, Nus vénitiens, un livre du photographe de l’Académie des beaux-arts

Onirisme érotique, années soixante-dix

Au micro de Marianne Durand-Lacaze, Lucien Clergue évoque l’année 1979 dans son travail photographique à Venise : regard sur une époque, un style étrangement inspiré du théâtre des années cinquante, en particulier du festival d’Avignon quand Agnès Varda était photographe plateau de Jean Vilar et qu’il avait 17 ans. Rencontre avec le photographe qui sait s’inspirer depuis longtemps de ses rencontres avec tous les arts, la peinture, le théâtre, le cinéma et la poésie.


Bookmark and Share

Nus vénitiens n’est pas une simple invitation au voyage, à travers les photographies du célèbre photographe, ami de Picasso et de Jean Cocteau, alors qu’il était jeune débutant, le lecteur est convié à inventer son propre récit, sa rêverie, ou son propre scénario. Lucien Clergue souhaite que le lecteur crée sa propre histoire au gré de ses photos mystérieuses associées à la plume de Marc Lambron.

Avec Nus vénitiens, Lucien Clergue renoue avec la maison d'édition de ses débuts. Corps mémorable, son premier livre, publié à l'âge de 23 ans était en effet sorti chez Seghers.





Venise n’est pas une cité comme les autres. Outre sa beauté architecturale, son nom évoque aussi bien Titien, Casanova, les jeux et les plaisirs dont elle s’était fait une spécialité dans l’Europe du XVIIIe siècle. De cette mythologie propre à la Cité des doges, Lucien Clergue a réalisé un scénario en images avec deux jeunes femmes, l’une blonde, l’autre brune et un jeune homme, un jour d’été, à l’étage noble et sous les toits d’un authentique palais vénitien. Il nous raconte, dans cette émission, cette histoire, celle de sa rencontre avec la lumière du Grand Canal et les modèles qui ont posé pour lui ce jour-là.





L’interview a été réalisée dans un café à proximité de la Foire ART ÉLYSEES, le 18 octobre dernier où il exposait à la Galerie Trigano quelques-unes de ces photographies et d’autres, plus emblématiques et plus connues comme celles issues de l’un de ses premiers travaux, sa série Saltimbanques. Sur le stand de la galerie, jour d’une signature à l’occasion de la sortie de Nus Vénitiens, quelques nus zébrés achevaient de vous transporter dans son œuvre argentique noir et blanc qui séduit par sa fausse simplicité et la rigueur de ses compositions.





Il confie : faire des photographies de nus à Venise, c’est le rêve absolu ! Il explique comment, en 1979, 24 ans après la série des Saltimbanques, il était influencé par deux visions : celle d’Agnès Varda, photographe plateau de Jean Vilar, qu’il avait découverte en(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires