Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le catholicisme tolère la crémation depuis 1963

L’historien Philippe Levillain est l’invité de Damien Le Guay pour la série "Crémation et grandes civilisations"

La crémation se développe aujourd’hui en France et mérite que l’on aille voir aussi du côté des « grandes civilisations » pour comprendre le regard qu’elles ont porté sur elle. Quel est le statut du corps ? Ce corps doit-il rejoindre la terre ou bien peut-il accepter l’incinération ? Que disent les sagesses accumulées par d’autres civilisations ? Dans notre série consacrée à cette question, est ici analysée la position de l’Eglise catholique avec l’historien Philippe Levillain, de l’Académie des sciences morales et politiques, spécialiste du catholicisme contemporain. D’autres émissions envisageront la position de l’Egypte antique, du Japon, etc...


Bookmark and Share

Pour nous expliquer cette question de la crémation dans le catholicisme contemporain, nous recevons Philippe Levillain, professeur d’université, éminent historien du catholicisme, de Vatican II, des évêques de France et de la papauté. Il a dirigé le Dictionnaire historique de la papauté (2006) et a publié, en 2010 Rome n’est plus dans Rome (sur la crise intégriste). Depuis le 19 decembre 2011, il est membre de l’Académie des sciences morales et politiques.




Deux décrets méritent notre attention si nous voulons comprendre la position de l’Eglise Catholique sur la crémation. Philippe Levillain les explique ici, et les remet dans leur contexte.

- Par le décret du 19 Mai 1886 à la question « est-il permis d’ordonner que son propre corps ou ceux d’autrui soient brûlés ? » la question (confirmée par le pape) est « non ». C’est la première fois que le magistère se prononce sur ce rite mortuaire. Il faut dire qu’en 1876 eut lieu, à Milan, la première crémation moderne et que les « francs-maçons » et les « libres penseurs », tous farouchement anti-catholiques, militent pour la crémation. Ajoutons à cela un contexte de condamnation par les catholiques de la franc-maçonnerie à partir de 1738 (avec Clement XII) jusqu’à Léon XIII (Humanum genus, 1884).

- Le décret du 5 juillet 1963 (De cadaverum crematione) tolère la crémation tout en indiquant que « l’Eglise a toujours voulu encourager la pieuse et constante coutume d’ensevelir les corps des fidèles ». Car, est-il dit, « l’incinération du corps ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute puissance de Dieu de rétablir le corps, de même elle ne contient pas en soi une négation objective de ces dogmes ». Dès lors l’Eglise « n’est pas opposée et ne s’oppose pas à l’incinération ». Et en conclusion du document il est dit que « l’esprit de l’Eglise est étranger à la crémation »

Que faut-il penser de ces évolutions de l’Eglise ? Quid de la crémation dans son contexte catholique ? Philippe Levillain nous aide à répondre à ces(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires