Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La campagne de Russie (4/4) : la retraite tragique

Avec Jacques-Olivier Boudon, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne, spécialiste de la période napoléonienne

Après plus d’un mois passé à Moscou sans résultat, Napoléon quitte la ville le 19 octobre. S’ouvre alors l’épisode le plus tragique de la campagne de Russie. Epuisée, victime de la faim, du froid et du harcèlement russe, la Grande Armée succombe. Dans cette émission, Jacques-Olivier Boudon revient sur cette épopée dramatique dans laquelle des milliers d’hommes périrent, bien souvent au terme de souffrances inimaginables.


Bookmark and Share

Napoléon prend la décision de quitter Moscou à la mi-octobre. Son idée est de ramener son armée sur une position plus confortable pour passer l’hiver. Le 19 octobre, il s’engage sur la route de Kalouga, vers le Sud. 4 jours plus tard, le maréchal Mortier, qui avait été nommé gouverneur de Moscou, quitte la ville après avoir reçu l’ordre de faire sauter le Kremlin. Napoléon applique-t-il la tactique de son adversaire ? Ou, devant le spectacle anarchique qu’offre son armée, traduit-il son désespoir ? Il est vrai que le départ de la Grande Armée de Moscou a marqué les esprits. Il s’effectue dans le plus grand désordre. On est loin des soldats disciplinés, bien habillés et bien rangés. Il s’agit désormais d’une cohue où se mêlent civils, militaires, malades, femmes, enfants suivis par des colonnes de voitures chargées d’un précieux butin. Ils sont un peu plus de 100 000 à quitter ainsi la cité impériale. Cette désorganisation reflète aussi le mauvais état d’esprit d’une armée de plus en plus indisciplinée, composée en partie d’hommes enrichis qui ne pensent qu’à ramener leur butin et non à combattre. Avant même l’entrée en scène du « général hiver », l’armée de Napoléon entame sa descente aux enfers accélérée par des premiers combats difficiles.

De son côté, Koutouzov a reconstitué ses forces. Ce n’est pas pour autant qu’il change de stratégie et cherche l’affrontement. Son but est plutôt de barrer la route du sud à Napoléon. C’est dans cette perspective qu’a lieu l’attaque de l’avant-garde du vice-roi Eugène par les Russes le 24 octobre. Le combat est acharné, couteux en hommes des deux côtés. Les Français finissent par l’emporter en dépit de la supériorité numérique russe. Pourtant, c’est bien à Koutouzov que cette bataille profite : il a réussi à barrer la route de la retraite. Pour poursuivre son repli, l’armée de Napoléon est obligée de reprendre la route de l’aller, une route ruinée qui n’a plus rien à offrir. L’heure de l’offensive est passée pour Napoléon, il s’agit maintenant de franchir le Niémen en limitant les pertes. Dès lors, tout semble se liguer contre lui. On assiste aux premières scènes d’apocalypse avec la traversée du champ de bataille de la Moskowa où les soldats doivent enjamber les cadavres en décomposition. Sur ce, l’hiver(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires