Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jacqueline de Romilly : "Se détourner des textes grecs, c’est déjà se couper des origines de notre civilisation"

Le "Ce que je crois" de l’académicienne, lu et présenté par Jean Roulet

Second volet de l’émission consascrée à l’ouvrage de Jacqueline de Romilly, intitulé Ce que je crois, écrit au lendemain des événements de mai 68. Texte resté trente ans non publié avant de paraître aux éditions de Fallois en 2012, soit deux ans après que son auteur nous ait quittés. Notre collaborateur Jean Roulet l’a tellement apprécié qu’il fait partager sa lecture !


Bookmark and Share

« Qu’aurait dit Démosthène ? »


Faisant l’éloge du monde grec, Jacqueline de Romilly nous nous rappelle que son credo prend source dans la lumière de la Grèce antique. « Voir la lumière, ainsi les Grecs définissaient-il le fait de vivre. Et les mots contiennent déjà, c’est le cas de le dire, comme une illumination. » Elle nous dit, aussi, combien la lumière est un don fragile : que s’installe la violence et le monde s’obscurcit. Évoquant le spectacle ordinaire de l’insécurité dans nos grandes villes, Jacqueline de Romilly demande ce qu’en eût dit Démosthène : nul doute eût-il parlé de la barbarie qui est l’en-creux de la civilisation. Or, -elle s’applique à le montrer-, se détourner des textes grecs c’est déjà se couper des origines de notre civilisation.


Eloge de la littérature


Les textes grecs ne sont pas la seule voie qui conduise au respect du civisme et à l’amour de la vie. Mais ils ont le mérite d’exister, d’être partout présents dans les bases de notre culture, et les valeurs qu’ils portent pour fonder un humanisme sont exprimées de façon simple et forte.


A partir de quoi, Jacqueline de Romilly élargit son éloge des textes grecs à celui de la littérature. Elle définit et illustre ce qu’elle nomme la transparence dont elle fait la qualité ultime dans tous les domaines de l’expression écrite. Cette transparence ne saurait se confondre avec la clarté du contenu mais plutôt avec sa force d’évocation, sa capacité à rendre présent le plus insaisissable et le plus précieux d’une réalité ou d’un sentiment.


L’enseignement des lettres en danger


Constat douloureux pour Jacqueline de Romilly, l’enseignement des lettres se laisse aujourd’hui impressionner par celui de la rigueur scientifique. Il en subit l’ascendant, se croit obligé d’en emprunter les méthodes si bien qu’à douter ainsi de lui-même il finit par y perdre son âme et en oublier sa mission.

Le succès grandissant des sciences humaines s’impose chaque jour au détriment de la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires