Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le monde des bibliothèques d’Érik Desmazières, hommage graphique au monde de l’écrit

Avec Érik Desmazières de l’Académie des beaux-arts au micro de Marianne Durand-Lacaze
L’aquafortiste Érik Desmazières expose à la Bibliothèque nationale de France, sa vision des bibliothèques et des livres, une thématique récurrente de son œuvre gravé : une invitation à la rêverie, à un jeu de perspectives, un hommage à l’imagination, celle que nous ouvre les livres et maintenant ses eaux-fortes. Vous avez jusqu’au 18 novembre pour vous précipiter à la Bnf site François Mitterand, voir ses incroyables gravures que l’aristocratique discrétion de cet artiste pourrait vous faire rater et tout votre temps, pour les découvrir au fil des pages du magnifique ouvrage qui sort à cette occasion pour entreprendre avec lui, son voyage au centre de la bibliothèque.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR911
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr911.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 4 novembre 2012

Érik Desmazières est né en 1948. Artiste graveur très tôt repéré pour ses qualités exceptionnelles de dessinateur et d’aquafortiste, il est collectionné depuis 1979 par le galeriste new-yorkais Andrew Fitch qui entreprend depuis, la publication de son œuvre gravé, dont le quatrième volume est paru en 2011. Il expose dans le monde entier.
En France, l’Académie des beaux-arts l’a élu en 2008 dans la section de gravure.
Depuis l’enfance Érik Desmazières ne cesse de dessiner. Après avoir fait Sciences-po Paris dont il sort en 1971 il passe quelque mois à l’École spéciale d’Architecture, boulevard Raspail à Paris. Comprenant que l’architecture n’est pas sa voie, il suit assidûment les cours de gravure de la Ville de Paris auprès de Jean Delpech, ancien prix de Rome. Là, il rencontre de nombreux graveurs, aujourd’hui connus parmi lesquels Yves Doaré, François Houtin et Philippe Molhitz.

Il décide alors de se consacrer totalement à la gravure, un domaine qu’il pensait de toute façon explorer depuis la double rétrospective Rembrandt en 1969, à Amsterdam et à Paris, où il avait vu les gravures et les dessins du maître, issus de la collection d’Edmond de Rothschild. Au même moment, dans ces années, il découvrait Piranèse.
Ses dessins et ses estampes sont le fruit d’une rencontre avec un lieu, un espace, une personne. Les idées se mettent en réserve dans sa tête pour ressurgir plus tard. Point d’abstraction dans les gravures d’Érik Desmazières, mais une transcription du réel, si précise qu’elle en devient irréelle, parfois mêlée aux fruits de son imagination. Ainsi les gravures d’Érik Desmazières racontent des traversées historiques improbables, des architectures imaginaires. Son univers semble tout droit sorti des livres et des bibliothèques. Puis vient, pour lui, le lent plaisir de les graver dit Anne Marie Garcia dans la biographie qu’elle lui consacre, « une Vie en gravure » dans le très beau livre que publie la Bibliothèque Nationale de France et les éditions Hazan : Érik Desmazières, Voyage au centre de la Bibliothèque.


Le livre a été réalisé sous la direction de Céline Chicha-Castex, conservatrice au Département des estampes et de la photographie à la Bnf, avec la participation de l’écrivain Olivier Rolin et de la conservatrice à École nationale supérieure des beaux-arts, Anne-Marie Garcia.
Le livre est paru à l’occasion de l’exposition que lui consacre la Bnf dans la Galerie des donateurs sur le site de la Bibliothèque François Mitterrand : Érik Desmazières au cœur de la bibliothèque, sous-entendu, celle de la Bibliothèque nationale de France, site Richelieu que l’artiste a dessiné à plusieurs reprises dan son œuvre.
À travers une sélection d’images, gravures, estampes réhaussées et dessins, l’artiste livre sa vision de la Bibliothèque Nationale telle qu’elle fut dessinée par l’architecte Henri Labrouste au XIXe siècle qui su saisir l’importance nouvelle du fer dans l’architecture. D’autres gravures issues de son œuvre en rapport avec la thématique des bibliothèques et celle du livre sont également exposées.

Dans cette émission, Érik Desmazières aborde cette thématique récurrente dans son œuvre. Même s’il se défend de voir dans une bibliothèque, ce que n’importe qui y voit, des livres, on peut imaginer que l’univers feutré des grandes bibliothèques, saturé de livres lui convient tout particulièrement, lui qui semble avoir le vide en détestation. L’académicien se trouve dans son élément sous le regard des rayonnages, palimpsestes métalliques. Vides ou pleins. Les structures sont autant de lignes de fuite pour son imagination. Perspectives multiples et point de fuite sont les amarres graphiques de sa vision.

Érik Desmazières, de l'Académie des beaux-arts, Théâtre de géographie, 2007, eau-forte, aquatinte et roulette, 19,7 x 26,4 cm.
Érik Desmazières, de l’Académie des beaux-arts, Théâtre de géographie, 2007, eau-forte, aquatinte et roulette, 19,7 x 26,4 cm.
© Erik Desmazières

En 1998, Érik Desmazières a illustré la fameuse nouvelle de Jorge Luis Borges, La Bibliothèque de Babel publiée en 1941, puis en 1944 dans son célèbre recueil Fictions. L’écrivain y décrit une bibliothèque immense, infinie qui contient tous les livres déjà écrits et tous ceux à venir. Écrits dans un alphabet inconnu, de signes écrits au hasard, leur contenu est illisible. La nouvelle a inspiré d’autres écrivains et sa postérité renouvelée lui redonne vie. L’aquafortiste a consacré des mois à cette bibliothèque imaginaire pour les Amis du livre contemporain qui lui avaient demandé de faire un livre avec lui, s’étant mis d’accord sur la nouvelle de Borges. Comme la description est minimale dans le texte de l’écrivain argentin, Érik Desmazières s’est laissé aller à la rêverie d’une bibliothèque infinie avec chaque fois le motif de l’hexagone. Onze estampes, sorties de son invention, ont été gravées par ses soins, inspirées de la nouvelle La Bibliothèque de Babel. En accord avec l’éditeur, il poursuivit ce travail le livre achevé, en réutilisant les plaques de cuivre pour en faire une suite hors-texte, plus enrichie. Certains états ont été retravaillés à la gouache. L’ensemble parachève cette Bibliothèque de Babel revisitée par le graveur. Olivier Rolin dit de ses gravures, en général, qu’elles sont des bibliothèques et ce n’est pas un hasard si les deux hommes se sont rencontrés à la Bibliothèque nationale autour des Globes de Coronelli, énormes sphères de quatre mètres de diamètre dédiés à Louis XIV dont la construction avait réclamé deux années entières à Vincenzo Coronelli et ses aides. La Bibliothèque nationale leur avait commandé un petit livre sur les globes, installés dans le hall baptisé Hall des Globes depuis leur installation sur le site de la Bnf François Mitterrand en 2005.

Érik Desmazières, La salle Labrouste de la Bibliothèque nationale, 2001, eau-forte, roulette et aquatinte, état définitif, 71,6 x 99, 2 cm.
Érik Desmazières, La salle Labrouste de la Bibliothèque nationale, 2001, eau-forte, roulette et aquatinte, état définitif, 71,6 x 99, 2 cm.

Olivier Rolin pour faire saisir au lecteur ce lent travail de la gravure sur cuivre dit qu’il y a quelque chose de mystérieux dans ces autres mots qui la désignent, taille-douce, eau-forte, qui sonnent presque comme des oxymores. Il y a quelque chose d’attirant dans les matières qu’elle met en œuvre, le beau miroir rouge du cuivre...l’ivoire moelleux du papier...la nuit étoilée de l’encre, que quelques imprimeurs fabriquent encore selon leur propre recette. Il y a la beauté sobre des instruments....

Érik Desmazières se retrouve tout à fait dans le texte qu’Olivier Rolin a écrit à propos de son art et de son œuvre dans Érik Desmazières au cœur de la bibliothèque : L’attention au détail n’est pas la marque d’une virtuosité vide, mais d’une reconnaissance de la beauté des formes, et d’une humilité devant la profusion du réel.

Érik Desmazières, MCI, 2012, eau-forte, épreuve état rehaussé à l'aquatinte et à la gouache, 63 x 33 cm.
Érik Desmazières, MCI, 2012, eau-forte, épreuve état rehaussé à l’aquatinte et à la gouache, 63 x 33 cm.

Maxime Préaud qui était le directeur de la réserve du Cabinet des estampes de la Bnf, suggéra à Érik Desmazières, de dessiner la salle Labrouste de la Bibliothèque nationale-site Richelieu. La grande salle de lecture fut conçue par l’architecte et académicien Henri Labrouste (1801-1875) au moment des travaux de restauration et d’agrandissement (1854-1875). Elle comprend neuf coupoles qui diffusent un éclairage zénithal : un espace vaste et intime. Il dessina également les magasins de ce qui s’appelait alors la Bibliothèque Impériale.
Érik Desmazières à son tour, a dessiné la salle Labrouste et les magasins. Il dessina la grande salle de lecture à plusieurs reprises, sur le motif, et en réalisa une série en 2001. Depuis le thème ne cessa de l’occuper. En 2011, l’Association des Amis de la Bibliothèque lui commande une série de gravures sur le magasin central des imprimés (le MCI), c’est à dire de la partie cachée des lecteurs, avant la rénovation du lieu. C’est donc dans un espace vidé de ses livres, dans une ambiance tout droit sortie d’un roman de Jules Verne, avec une lumière d’aquarium, selon ses mots, que seul dans cet espace vide, éclairés de multiples néons, Érik Desmazières a réalisé cette série au centre de la Bibliothèque, exposée à la Galerie des donateurs.

Érik Desmazières, Registre de boulanger, 2002 eau-forte, morsure directe, aquatinte et roulette, 17,2 x46,8 cm.
Érik Desmazières, Registre de boulanger, 2002 eau-forte, morsure directe, aquatinte et roulette, 17,2 x46,8 cm.

L’exposition accorde également une place importantes au livre, motif favori de ses natures mortes. Érik Desmazières dessine des livres anciens. En 2001, le marchand d’estampes Arsène Bonafous-Murat qui était en possession d’un registre de boulanger, un manuscrit du XVIIIe, recouvert de parchemin dont la plupart des pages étaient vierges, sauf quelques pages de comptes, lui proposa de les utiliser pour imprimer les gravures, qu’il pourrait faire dudit registre, ce qu’il fit.

Érik Desmazières a fait don à la Bnf d’un carnet de dessins qui permet de voir les travaux préparatoires qu’il effectue, une pièce majeure d’une centaine de dessins qui montrent sa manière de domestiquer l’espace. Peu d’artistes aurait accepter de se défaire d’un tel trésor personnel. L’ouvrage Érik Desmazières, Voyage au centre de la Bibliothèque consacre une partie de ses pages à ce carnet de dessin, achevé en 2010, commencé en 1998. Sur la totalité des dessins qu’il contient, une vingtaine de doubles pages consacrées à la Bibliothèque nationale, représentent la salle Labrouste, la réserve du département des estampes et le magasin central des imprimés (MCI). Elles révèlent, on n’en aurait pas douter, la virtuosité d’Érik Desmazières.


L’Exposition Érik Desmazières au cœur de la bibliothèque est à voir du 9 octobre au 18 novembre 2012 Bnf Bibliothèque François-Mitterrand.

Quai François-Mauriac, Paris XIIIe Galerie des donateurs Entrée libre mardi - samedi de 10h à 19h dimanche de 13h à 19h sauf jours fériés

Exposition : Henri Labrouste(1801-1875). La structure en lumière.
Cité de l’architecture et du patrimoine, Palais de Chaillot, Paris, jusqu’au 7 janvier 2013

Pour en savoir plus

- Érik Desmazières de l’Académie des beaux-arts

Bibliographie
- Érik Desmazières, Etchings 1972-1981, Fitch-Febvrel Gallery, New York
- Érik Desmazières, Etchings 1982-1991, Fitch-Febvrel Gallery, New York
- Érik Desmazières, Etchings 1991-2001, Fitch-Febvrel Gallery, New York
- Érik Desmazières, Etchings 2001-2011, Fitch-Febvrel Gallery, New York

- Érik Desmazières, Le miroir des vanités, Éditions du Regard, collection Essais art,108 pages, octobre 2012
- Sous la direction de Céline Chicha-Castex,Érik Desmazières, voyage au centre de la bibliothèque, Édition Hazan, 144 pages, octobre 2012
- Érik Desmazières, Villes rêvées, Villes gravées, galerie de l’Arsenal, Metz, 1999
- Les lieux imaginaires d’Érik Desmazières, Catalogue Musée jenish, 5 Continents Éditions Milan, 2007
- Musée Carnavalet, Érik Desmazières Paris à grands traits, Eaux-fortes et dessins, Paris musées, 2006
- The Library of Babel, texte de Louis Borgès, illustré par Érik Desmazières, David R. Godline Publisher, Boston, 2000
- Une invitation au voyage, texte Olivier Rolin, illustrés par Érik Desmazières, 2006

- Le Paris d’Érik, un film de Bertrand Renaudineau et Gérard Emmanuel da Silva, Gallix






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires