Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

DLF-Bruxelles-Europe, une association pour la diversité linguistique

avec sa présidente, Claire Goyer

Comment promouvoir le plurilinguisme au sein de l’Union européenne ? Que disent sur ce point les traités fondateurs ? Pourquoi observe-t-on une dérive générale vers l’anglais ? Quelles sont les possibilités de préserver la diversité des langues ? Autant de questions auxquelles répond Claire Goyer, présidente de l’association DLF-Bruxelles-Europe, diversité linguistique.


Bookmark and Share

Claire Goyer, française vivant à Bruxelles, proche des institutions européennes, ancien professeur d'anglais, a fondé, en avril 2005, une section de l'association Défense de la langue française (DLF) dont l'appellation même révèle les objectifs : Bruxelles-Europe-diversité linguistique.

A Claire Goyer, Canal Académie a d'abord posé une simple question : Pourquoi avoir créé une section de Défense de la langue française à Bruxelles ? La présidente a d'abord rappelé que DLF est une association française, présidée par Jean Dutourd, membre de l'Académie française. Son comité d'honneur regroupe un bon nombre d'académiciens dont Hélène Carrère d'Encausse, Erik Orsenna, Jean Cluzel, président de Canal Académie. DLF existe depuis 1958. Son objectif est multiple : entre autres, faire rayonner la langue française et en défendre l'emploi. Elle a par ailleurs mandat pour faire appliquer la loi Toubon.

Un groupe de pression

En Belgique, pays de grammairiens tels que Maurice Grevisse et son successeur André Goosse, il y a aussi de nombreuses associations consacrées au français et à la francophonie. En créant cette section, l'objectif de Claire Goyer n'était pas d'entrer en concurrence avec elles. Mais il était temps de mobiliser la société civile autour d'un groupe de pression décidé à se faire l'écho de l'inquiétude engendrée par la dérive vers le tout anglais dans les administrations européennes : dérive en contradiction non seulement avec la lettre des traités mais aussi avec l'esprit même de la construction européenne. Rappelons-en la devise : « Unie dans la diversité ».

La langue n'est pas une citadelle

C'est ainsi, qu'en avril 2005, Claire Goyer, avec quelques amis proches des institutions européennes, a créé « DLF Bruxelles-Europe, diversité linguistique » avec une devise empruntée à Claude Hagège : « On ne défend bien sa langue qu'en parlant celle des autres ». Un mot sur cette devise : il y a dans cette phrase l'idée d'échange, d'ouverture vers l'autre, d'empathie. J'apprends ta langue pour te connaître et pour me faire connaître. Défendre sa langue ne signifie pas défendre une citadelle. C'est, d'abord, sauvegarder son identité, puisque la langue c'est notre première et principale identité. Mais aussi, ensuite, au-delà du souci identitaire, d'un côté bien connaître sa propre langue et sa propre culture permet d'apprécier les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires