Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Du stade de France aux stades du monde : des défis relevés par l’architecte Aymeric Zublena

Le stade comme lieu de vie, le regard de l’académicien des beaux-arts
Aymeric Zublena, de l’Académie des beaux-arts, a réalisé avec ses équipes et partenaires de nombreux stades en France et dans le monde parmi lesquels le stade de France, le stade du Hainaut à Valenciennes ou encore le stade de la Coupe du monde de Suwon en Corée du Sud. Au-delà des projets architecturaux, ce sont de véritables projets de vie mis en place. L’académicien nous raconte quelques anecdotes de travail et l’impact de ces projets sur la société.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : FOC713
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/foc713.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 30 septembre 2012

L’architecte et urbaniste Aymeric Zublena n’avait jamais pensé qu’un jour il réaliserait des stades. Le premier fut le stade de France inauguré par Jacques Chirac en 1998, il eut un fort impact sur la société française. Puis suivirent les autres : le stade de Shenzen en Chine (1993), le stade de Suwon en Corée du Sud ouvert le 13 mai 2001 en vue de la Coupe du monde de football de 2002, le stade olympique Atatürk d’Istanbul en Turquie construit en 2001 et qui accueille depuis 2003 les finales de football, le stade du Hainaut à Valenciennes inauguré le 26 juillet 2011, le stade du Havre inauguré le 12 juillet 2012. Ces grands projets ont été autant de grands défis à relever.

Grand Stade du Havre. Le stade est inauguré le 12 juillet 2012 © SCAU
Grand Stade du Havre. Le stade est inauguré le 12 juillet 2012 © SCAU

Le stade de France : une prouesse technique et sociologique

Le stade de France, fort de ses 81 338 places, reste le plus grand stade français. Il se situe dans le quartier de la Plaine Saint-Denis à Saint-Denis (93), au nord de Paris et a été conçu avec l’aide des architectes Michel Macary, Michel Regembal et Claude Costantini. Construit pour les besoins de la Coupe du Monde de football en France en 1998, il a également été conçu pour accueillir différents événements sportifs : football, rugby, athlétisme, courses automobiles. Ainsi, il demeure l’emblème d’un nouvel usage social. Abritant des concerts, des grands spectacles et des animations variées, il a littéralement changé la perception et la définition du stade. Le stade de France a été inauguré le 28 janvier 1998 par Jacques Chirac, président de la République, lors du match de football France - Espagne.

Stade de France de Saint-Denis. Le plus grand stade de France est inauguré par Jacques Chirac en 1998 © SCAU
Stade de France de Saint-Denis. Le plus grand stade de France est inauguré par Jacques Chirac en 1998 © SCAU

- « Le premier stade que j’ai conçu est le stade de France, le concours a eu lieu en 1994, je n’avais jamais eu l’occasion de concevoir de grands équipements sportifs tout comme mes concurrents. Le cahier des charges était extrêmement précis, 300 pages... 17 projets avaient étaient présentés. Le défi à relever était bien sûr énorme surtout par le fait qu’il était destiné à développer un quartier. »

Après le stade de France, Aymeric Zublena est invité à participer à de nombreux appels d’offre dans le monde entier.

La Corée du Sud

L’un des pays a retenir sa candidature est la Corée du Sud.

Stade de la Coupe du monde de Suwon. Il est ouvert le 13 mai 2001 en vue de la Coupe du monde de football de 2002 © SCAU
Stade de la Coupe du monde de Suwon. Il est ouvert le 13 mai 2001 en vue de la Coupe du monde de football de 2002 © SCAU

« C’est grâce au stade de France que j’ai eu la possibilité de participer à d’autres concours. Le premier a été le stade de Suwon, à quelques kilomètres de Séoul. Pour pouvoir accueillir la coupe du monde de 2002, il fallait créer un stade de 43 000 places. Nous avons travaillé avec des équipes coréennes qui venaient à Paris assez souvent. J’en garde un très beau souvenir d’autant que nos équipes s’entendaient bien malgré les différences culturelles. Lorsqu’il s’agit de problèmes techniques ou fonctionnels les réponses sont objectives. Cela devient plus délicat lorsqu’il s’agit des questions esthétiques... Chacun a son idée de l’esthétique. »

Un souvenir...

L’académicien nous raconte une anecdote qui l’a beaucoup touché en Corée du Sud :

Aymeric Zublena, membre de l'Académie des beaux-arts
Aymeric Zublena, membre de l’Académie des beaux-arts

- « Quand je visitais les palais impériaux de Séoul, j’avais découvert que la plupart d’entre eux avaient été reconstruits parce qu’ils avaient été brûlés par les Japonais, c’est une image qui frappe. »

- « Concevoir et participer à la réalisation d’un lieu qui peut accueillir l’équivalent d’une petite ville, c’est extraordinaire ! Que tous vibrent à l’unisson un jour parce que leur équipe a marqué un but, cela fait plaisir ! »

L’impact du stade sur la société

Le stade n’a jamais autant joué un rôle social. Aymeric Zublena nous explique à quel point son impact est fondamental dans nos vies quotidiennes et combien au fil du temps il est devenu bien plus qu’un simple stade.

- « Avant, très souvent, le stade était construit à la périphérie des villes, dans des zones peu urbanisées. Il était un bâtiment très peu utilisé. Depuis la fin des années 90, tout cela a changé. Le stade est considéré comme un élément moteur d’une urbanisation. Il peut être l’élément qui va déclencher l’apparition d’un quartier comme l’a été le stade de France ou celui de Suwon conçus avec un projet d’urbanisme au centre d’un quartier à venir avec l’apparition de bureaux, de logements, d’équipement commerciaux et de services... Le stade est à présent un lieu où il se passe des spectacles. Il y a naturellement des matches mais aussi des concerts, des manifestations de tous genres, des congrès. A partir de cette conception nouvelle, un public différent est apparu : la famille entière y vient, c’est un véritable lieu de vie. La dimension de confort et de sécurité est très importante et le renouvellement architectural est total. »

Stade olympique Atatürk d'Istanbul en Turquie. Construit en 2001, il accueille depuis 2003 les finales de la Coupe de Turquie de football © SCAU
Stade olympique Atatürk d’Istanbul en Turquie. Construit en 2001, il accueille depuis 2003 les finales de la Coupe de Turquie de football © SCAU

En savoir plus :

- Les émissions avec Aymeric Zublena

Biographie :
- Honorary fellow American Institut of Architecture (AIA)
- Membre de l’Académie Internationale des Architectes
- Membre de l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France

Aymeric ZUBLENA, est né en septembre 1936 à Paris. Il a fait ses études d’architecture à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris où il est reçu 1er au concours d’entrée. Il obtient son diplôme en 1963 et complète sa formation en urbanisme au séminaire Tony Garnier. Il remporte en 1967 un second Grand Prix de Rome sur le thème « Une maison de l’Europe à Paris ».
Aymeric Zublena a construit des universités en France et de grands programmes hospitaliers : l’hôpital Européen Georges Pompidou à Paris (2000), celui de Carémeau à Nîmes (2003), de Bretonneau à Tours (1996-2010), l’Hôpital Interarmées de Toulon (2008), d’autres en Italie et en Chine. Il a aussi construit des ouvrages d’art et en particulier des ponts originaux et audacieux dans leur conception, comme celui réalisé à Rouen en 2007 ou le projet non retenu de pont mobile à Bordeaux.

- Aymeric Zublena de l’Académie des beaux-arts
- Site Internet de l’agence d’Aymeric Zublena

-  Aymeric Zublena , texte d’introduction de Jean Vermeil, Édition Pierre Mardaga, Liège, 1995
- Atelier Jeannette Weiss-Gruber (Turtleback) d’Aymeric Zublena (Auteur), Jeannette Weiss-Gruber (Auteur) Turtleback, 32 pages, Editeur EMS, Éditions et matériels scientifiques (2005), Anglais (langue)
- Frédérique de Gravelaine, Le Stade de France, Editeur Le Moniteur, janvier 1997






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires