Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Instruction sous le couperet de la guillotine

Les idées de Lavoisier et Daunou sur l’Instruction publique, par Bertrand Galimard Flavigny

Bertrand Galimard Flavigny expose ici les idées de Lavoisier et de Daunou sur l’Instruction publique. Les Révolutionnaires en effet ne manquaient pas de projets éducatifs mais il fallut attendre la fin de la tourmente.


Bookmark and Share

Jean-Baptiste Coffinhal (1754-1794) était médecin et n'aimait sans doute pas les savants ; à moins que la déraison révolutionnaire l'ait emporté sur ses véritables sentiments. Nommé vice[résident du tribunal révolutionnaire, il eut à « juger « Antoine-Laurent de Lavoisier (1743-1794), à qui l'on reprochait d'avoir été fermier général, crime impardonnable, car pour les révolutionnaires, si cette charge était le symbole de la société inégalitaire, les fermiers étaient des « rapaces et des tyrans ». Il le condamna à la guillotine. Le savant, qui s'était constitué prisonnier, lui demanda un délai de deux semaines afin d'achever une expérience. Coffinhal lui aurait répliqué : «Nous n'avons pas besoin de chimistes !» La postérité préféra retenir la formule : «La République n'a pas besoin de savants !» Après sa mort, le mathématicien Joseph-Louis Lagrange (1736-1813) devait dire : "il ne leur a fallu qu'un moment pour faire tomber cette tête et cent années peut-être ne suffiront pas pour en reproduire une semblable."

Lavoisier est considéré comme le père de la chimie moderne ; on a oublié qu'il élabora aussi des projets éducatifs pour les artisans, d'abord, pour les enfants, ensuite. «Dans quelques années, la France connaîtrait une génération d'ignorants à cause de la désorganisation de tout le système éducatif provoquée par la Révolution», devait-il dire en 1791.

S'inspirant des idées de Condorcet, Lavoisier composa un petit traité intitulé Réflexions sur l'instruction publique, «présentées à la Convention nationale par le bureau de la consultation des Arts et métiers», et imprimées sur 22-27 pages par les soins de Dupont [de Nemours] vers 1793.

«L'homme naît avec des sens et des facultés, écrivait-il dans son préambule,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires