Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

« Le départ de notre train est imminent »

La chronique « Faut-il le dire ? » de Pierre Bénard

Le langage des annonces dans les transports surprend décidément Pierre Bénard, qui épingle ici quelques spécimens du parler ferroviaire.


Bookmark and Share


On nous fit d’abord savoir, bien sûr, que notre train était « entièrement non-fumeurs ». Invitation rituelle à n’en pas griller une, même à l’extrémité des voitures, même dans les lieux les plus discrets.

Puis nous fûmes avertis, dans la touffeur qui triomphait d’une climatisation fourbue, que « le départ de notre train était imminent ». Nous en conçûmes le faux espoir qu’un peu d’air frais résulterait de ce mouvement de la machine.

Ainsi donc le départ de ce train « non-fumeurs » était « imminent ».

Ce qui me semblait «imminent », à moi, c’était ce que l’on nomme le coup de chaleur, avec tout ce qui le caractérise : forte température, dessèchement des muqueuses, nausée, état de choc, voire perte de connaissance ...

Ce qui me paraissait imminent, c’était cela. On aurait dû nous informer que « notre train était entièrement non-climatiseurs » ... On aurait dû nous dire aussi que la poussée de fièvre et l’envie de vomir étaient « imminentes ».

C’aurait été, d’ailleurs, faire un meilleur usage d’ « imminent », qui normalement se rapporte à l’idée de menace. Dire « imminent » le départ du train, c’est en parler comme d’une catastrophe, de la chute d’une météorite (ou d’un météorite, c’est comme il vous plaira), de l’explosion d’une bombe à retardement ou de celle d’un scandale dévastateur.

En somme il eût été plus simple et plus correct, plus français et plus léger, de nous dire tout bonnement, tout nûment, tout crûment, tout bêtement, tout naïvement : « Notre train va partir ». Notez que je ne pousse pas le goût de la sobriété jusqu’à faire observer que l’on aurait pu dire, encore plus simplement : « On part ».

A la première station de notre étuve roulante, de notre sauna sur bogies, il fut signalé aux voyageurs qui étaient arrivés (les veinards !) que « la descente s’effectuait du côté droit ». Cette descente qui s’ « effectue » est une chose charmante. « Effectuer » s’employant, en bonne langue, pour des opérations minutieuses, compliquées, on imagine les voyageurs quittant le chaudron ambulant avec mille précautions, en veillant à chaque pas, comme Armstrong sortant du L.E.M. d’Apollo XI et s’assurant de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires