Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le problème du financement des petites et moyennes entreprises

avec Gérard Rameix, président de l’AMF et Thierry Giami, président de l’Observatoire du financement des PME

Avant de quitter Bercy en juin 2011, Christine Lagarde avait commandé un rapport sur la question du financement des PME/TPE à Gérard Rameix, ancien médiateur du crédit et actuel président de l’AMF, et Thierry Giami, président de l’Observatoire du financement des entreprises. Le rapport paru en février 2012 a mis la lumière sur l’état des lieux du marché des PME, dont très peu sont cotées en bourses. Il examine aussi la voie d’une ouverture à la concurrence et prône même la création d’une filiale dédiée aux PME.


Bookmark and Share

Emission enregistrée en juillet 2012.

Les deux auteurs du rapport sur le financement des PME/ETI paru en février 2012 : Gérard Rameix, ancien médiateur du crédit et actuel président de l'AMF et Thierry Giami, président de l’observatoire du financement des entreprises, sont reçus dans cette émission.

Ils évoquent les raisons qui ont poussé l'ancien Ministre de l'économie et des finances Christine Lagarde à commander un tel rapport. Ce dernier dresse plus généralement un état des lieux du marché des PME, évoquant l'éloignement des investisseurs et le déficit d'analyse financière sur les petites sociétés. Plus de 50% des petites et moyennes valeurs à Paris ne sont suivies par aucun analyste financier, selon une étude de l'Amafi en 2010. Les PME-ETI cotées représentent 0,3% des 164.400 entreprises de plus de dix salariés alors que près de 60% des 200 grandes entreprises hexagonales sont en Bourse.

«Les entrepreneurs français étaient inquiets de voir que la bourse française qui fait partie d'un ensemble très important avec les Etats-Unis et d'autres pays européens était très tournée vers l'international, vers des produits sophistiqués et un peu oublieuse de l'accès aux marchés financiers des entreprises franco-françaises de taille intermédiaire ou ce qu'on appelle des PME.» (Gérard Rameix)

Plusieurs pistes sont proposées « de nature à provoquer un choc de confiance pour améliorer la situation des PME-ETI cotées ». Elles examinent des voies avec mais aussi sans Nyse Euronext. Si le document souligne qu'une solution avec l'opérateur historique serait la plus rapide à mettre en oeuvre, les auteurs de cette étude mettent en garde contre de simples mesures de principe. En effet, le document, fruit de rencontres avec des dizaines de professionnels des marchés, spécialistes des PME et associations représentatives, relate les critiques à l'encontre de Nyse-Euronext.



Ce qui ressort aussi du rapport est que le total de la capitalisation boursière des 574 PME-ETI cotées en 2010 représente moins de la capitalisation de la première grande valeur française. Un chiffre qui explique que « la conséquence pour l'entreprise de marché est que le financement des PME-ETI, s'il fait partie de son activité, n'est pas stratégique ».(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires