Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Objets d’art : les surtouts de table

Une chronique de Bertrand Galimard Flavigny

Apparus à la Renaissance chez certaines grandes familles, les centres de table également appelés "surtouts de table", servaient à étaler ses richesses aux yeux des convives ; puis ils sont devenus des objets de décoration à part entière. Bertrand Galimard Flavigny explique ici l’origine de cet objet décoratif qui pouvait contenir salière et sucrière, boîtes à épices ou encore des fleurs....


Bookmark and Share

Dans les représentations de banquets - dans les tableaux anciens - , on s’aperçoit de prime abord que les convives disposent d’un tranchoir, d’un couteau et d’un gobelet ; les écuelles et pichets sont parfois alignés, en ordre devant chacun d’eux mais pas toujours car ils sont souvent déposés sur une desserte. On ne distingue pas d’ornement particulier. Le changement fréquent de services, voire de la table, limitait la décoration qui se bornait à la nappe, aux récipients et aux plats servis. Il arrivait que l’on disposât des brindilles et fleurettes pour agrémenter la vue. Il n’est pas impossible que celles-là étaient destinées à parfumer l’atmosphère.


Il existait toutefois une décoration particulière qui fut en usage en Italie, d’abord, au milieu du XVe siècle et qui dura jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, ce sont les sculptures en sucre. « Celui-ci était moulé dans des formes inattendues selon un répertoire qui n’avait pour limite que l’imagination des artistes chargés de les concevoir », rapportent les auteurs de l’Histoire de la table [[ Histoire de la table par Pierre Ennès, Gérard Mabille et Philippe Thiébaut, Flammarion, 1994.p[-. Ces auteurs citent la table du banquet offert en 1667 à Frascati par la princesse Pomphili à Léopold de Médicis à l’occasion de son accession au cardinalat. Cette œuvre dessinée par Pierre Paul Sevin, largement inspirée de l’Antiquité classique, est conservée au Musée national de Stockholm.


Il semblerait que les centres de tables, dits également surtouts de table, soient apparus à la Renaissance chez certaines grandes familles ou dans certaines Cours européennes désireuses de dévoiler leur faste et leur richesse à leurs convives.
Ce rôle était dévolu jusqu’à présent aux « buffets d’orfèvrerie » sur lesquels ont exhibait la vaisselle la plus riche qui n’était pas utilisée. Ils trouvèrent leur utilité en réunissant salières, boîtes à épices, huilier, vinaigriers et sucriers.


Leur première description officielle, si l’on peut dire, est inscrite dans le numéro de mars du(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires