Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les satellites au chevet des glaciers

Une conférence d’Etienne Berthier, chercheur au laboratoire Midi Pyrénées, au Bureau des Longitudes

Les glaciers sont les principaux témoins des fluctuations climatiques de ces dernières années. Pour suivre l’évolution de ces glaciers, Etienne Berthier chargé de recherche au CNRS et chercheur au laboratoire Midi Pyrénées, s’appuie sur des images satellitaires. Ainsi, il est possible de couvrir des zones difficiles d’accès pour suivre les variations de longueur d’un glacier et en tirer un bilan global. Le bureau des Longitudes a accueilli, le 2 mai 2012, à la fondation Simone et Cino Del Duca, la conférence d’Etienne Berthier intitulée "Les satellites au chevet des glaciers".


Bookmark and Share

Depuis 2 siècles maintenant les glaciers sont étudiés de près. Si à l'époque des peintures permettaient d'observer l'état des glaciers, comme dans les tableaux du peintre genevois Jean-Antoine Linck (1766-1843), aujourd'hui les chercheurs s'appuient sur des mesures satellitaires afin d'avoir des données précises, des avancées qui existent depuis les années 70 et qui se développent aujourd'hui avec des images recueillies des satellites SPOT, LANDSAT ou ASTER.
Dans sa conférence, Etienne Berthier, qui travaille au Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales (le LEGOS) détaille le fonctionnement d'un glacier et notamment sa composition. A ce titre, il s'intéresse à la zone d'accumulation du glacier, c'est-à-dire la zone où la neige se transforme en glace et à la zone d'ablation, qui correspond aux parties basses du glacier.

C'est grâce à un bilan de masse annuel qu'il est possible de se rendre compte des variations de la surface du glacier. Ce bilan de masse annuel s'effectue en une saison glaciologique, de septembre à septembre et les mesures recueillies permettent de composer des courbes sur l'avancée et le recul d'un glacier. Les carottages sont aussi utilisés pour creuser jusqu'à la partie d'accumulation et peser la densité.

Etienne Berthier dresse également le bilan que l'on peut tirer de ces études. Les 170 glaciers mesurés ont permis de rendre compte d'un bilan à l'échelle globale:
- De 1965 à 2000, sur une étude de 50 glaciers, les années positives sont rares, on observe des pertes accrues de glace;
- Le bilan hivernal montre une augmentation de la zone d'accumulation ce qui signifie qu'il y a eu plus de précipitations.
- Le bilan estival est négatif. On enregistre une perte de masse, ce qui traduit une augmentation de la température globale.



Le bilan est donc inquiétant puisque depuis les années 1990, les glaciers perdent de leur masse et globalement le front d’une grande majorité des glaciers recule. Etienne Berthier précise que «dans presque toutes les régions du globe, les glaciers perdent de la masse depuis (au moins) les années 1990 et c’est la fonte accrue en été (donc l’augmentation des températures) qui explique ces pertes croissantes
(les chutes de neige hivernales varient peu).»
Les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires