Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Apogée de Charles le Téméraire : quatrième et dernier duc de Bourgogne (5/6), par Philippe Contamine

Cinquième émission de la série sur "Les grands Ducs de Bourgogne", par Philippe Contamine, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’historien Bertrand Schnerb

Charles de Bourgogne dit « Le Téméraire » rêvait d’égaler Alexandre le Grand. « Une moitié d’Europe, a dit Commynes, n’eüt su le contenter ». Unique héritier de la puissance bourguignonne il s’attacha à agrandir les conquêtes territoriales de ses prédécesseurs et à réformer l’État bourguignon. Dans cette première émission sur Charles le Téméraire, Philippe Contamine, de l’Académie des inscriptions et belles lettres, et Bertrand Schnerb évoquent la personnalité tourmentée et complexe du prince le plus considérable de son temps, ses affrontements avec Louis XI et ses grandes réformes.


Bookmark and Share

Fils unique de Philippe Le Bon, quatrième et dernier des ducs de Bourgogne de la Maison Valois, le duc Charles naquit à Dijon en 1433, succéda à son père en 1467 et mourut à Nancy le 5 janvier 1477. Ses possessions, alors, avaient fini par constituer un territoire presque d'un seul tenant allant du Mâconnais à la Frise.

Le « Téméraire » et le « Travaillant » : un héros romantique


Depuis le XVe siècle, de nombreux historiens s’attachèrent à la trajectoire dramatique de ce prince. Son apogée et sa chute résonnent, encore de nos jours, comme une tragédie.
« C’est un personnage romantique » aime à dire Philippe Contamine.
Bertrand Schnerb précise : «le duc Charles fut surnommé –outre le Téméraire : « le hardi », « le fier », « l’irréfléchi », « le précipité », « le casse-cou » mais aussi « le travaillant » car il était, aussi, un travailleur acharné, un besogneux, un grand justicier, pour qui l’ordre et la règle étaient indispensables.

Oui, le caractère de ce prince cultivé, et grand amateur de tous les arts, était un curieux mélange. Son ardeur en toutes choses, ses fièvres, son courage, sont restées célèbres. Pour ma part je n’ai pu m’empêcher de conserver l’appellation « Charles le Téméraire », en partie afin de ne pas désorienter certains de mes lecteurs habitués à cette dénomination et en partie, aussi, par goût pour la force affective attachée à ce nom : grandeur, élégance, faste et bravoure chevaleresque, claquent superbement dans notre imagination avec ce magnifique surnom « Le Téméraire ».»

Le comte de Charolais

L’éducation du futur duc, titré comte de Charolais selon l’usage, fut particulièrement soignée. Sa mère, Isabelle de Portugal exerça une forte influence sur le jeune Charles. Elle seule semble avoir eu de l’empire sur son fils. Les relations entre Philippe le Bon et le comte de Charolais furent souvent houleuses en raison de leurs caractères « moult opposés ». Les éclats entre le père(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires