Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Drogues et alcool au travail : mettre l’accent sur le dépistage et la prévention.

Michel Lhermitte, de l’Académie nationale de pharmacie et Bernard Fontaine, médecin du travail, expliquent le phénomène de conduites addictives en milieu professionnel.

En janvier 2012, l’INPES a publié son enquête sur la consommation de drogues en milieu professionnel. C’est la première fois qu’un volet du Baromètre santé de l’INPES est consacré à ce thème et les résultats montrent que selon les secteurs d’activité, le cannabis, l’alcool ou les drogues dures ne sont pas consommés à la même échelle. Ce qui est sûr, c’est que la consommation de drogues ou d’alcool sur le lieu de travail est profondément ancrée et soulève des questionnements. De la prévention au dépistage, Michel Lhermitte, membre de l’Académie nationale de Pharmacie et Bernard Fontaine, médecin du travail, évoquent dans cette émission ce phénomène des conduites addictives en milieu professionnel.


Bookmark and Share

Un français sur dix se drogue au travail. Un chiffre qu'il est difficile d'obtenir car les enquêtes sur la consommation de substances illicites et d'alcool sur le lieu de travail se font rares. Un manque que déplore Michel Lhermitte, membre de l'Académie nationale de pharmacie et responsable du laboratoire de toxicologie au CHRU de Lille. Une des raisons principales de ce manque vient du coût d'une enquête, mais aussi de sa fiabilité. Il peut aussi s'expliquer par «une volonté d'anonymat sur le sujet au niveau des directions d'entreprise et des médecins du travail qui privilégient le soutien individuel face au problème des toxicomanies», explique Michel Lhermitte.

Cependant, la dernière enquête réalisée par l'INPES montre plusieurs tendances : tout d'abord que la consommation de drogues concerne un nombre considérables de salariés. Ensuite que
les principaux produits consommés sont dans l'ordre : l’alcool, le cannabis et les opiacées, qu’ils soient illicites ou dérivés de médicaments.

L'académicien revient sur deux enquêtes qu'il a dirigées et qu'il a présentées lors de la séance thématique sur « Drogues illicites, médicaments psychotropes et monde du travail », organisée à l'Académie nationale de médecine en octobre 2011. La première portait sur 4000 prélèvements urinaires, dans les services interentreprises de la région du Nord et la deuxième s’intéressait aux services de chauffeurs routiers à l’international à Lesquin (Nord Pas de Calais). A chaque fois les mêmes données et la même tendance : les jeunes (18-35 ans) ont une préférence pour le cannabis et les salariés entre 45 et 65 ans, eux, se tournent majoritairement vers l'alcool. Il faudrait évidemment multiplier ce genre d'enquêtes pour pouvoir saisir toute l'ampleur de ce phénomène de consommation de drogues, mais la France reste en retard sur ce sujet : «à part en milieu médical et dans le domaine de l’aviation, il n’y a pas d'enquêtes menées, alors qu'aux États-Unis, on multiplie les dépistages, les questionnaires...» déplore Michel Lhermitte. A défaut d'avoir une vue d'ensemble de la consommation des salariés, c'est le rôle du médecin du travail qui s'avère être primordial. Bernard Fontaine, qui occupe cette profession en plus de celle de toxicologue industriel au Pôle Santé Travail Lille, confie que(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires