Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Stanislas Dehaene, neuropsychologue et académicien : de nouveaux outils pour apprendre à lire

A l’occasion de la sortie du livre Apprendre à lire, des sciences cognitives à la salle de classe

Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque nous apprenons à lire ? Voilà une question à laquelle Stanislas Dehaene et son équipe de chercheurs tentent de répondre depuis plusieurs années. Le neuropsychologue, membre de l’Académie des sciences, professeur au Collège de France, s’intéresse non seulement aux mécanismes neuronaux, mais également à la manière dont l’apprentissage de la lecture peut se faire. Au cours de cette émission, il nous présente l’ouvrage dont il a eu la direction Apprendre à lire, destiné à la fois au corps enseignant et aux parents.


Bookmark and Share

La lecture est une invention qui nous permet d’accéder aux ères du langage dans notre cerveau par le biais de la vision. Quelque chose qui n’avait pas été anticipé par l’évolution. Il est probable que l’évolution de l’homme a permis de mettre en place un circuit pour le langage parlé.

Comme le rappelle en début d’émission Stanislas Dehaene, le langage écrit est une invention culturelle assez récente dans l’histoire de l’homme. « Nous avons créé des systèmes de symboles, des lettres, qui permettent à notre système visuel de reconnaitre la combinatoire de ces objets et d’accéder par ce biais à la prononciation des mots tout d’abord, puis à leur sens ».
Et pour reconnaître ces assemblages de lettres, nous faisons appel à une région bien précise de notre cerveau, que l’académicien a appelé « la boîte aux lettres du cerveau ». Notre cerveau, par le biais de l’apprentissage, va petit à petit accéder à une représentation des phonèmes qui n’a rien d’évident au départ. « Apprendre à lire, c’est à la fois mettre en place ce code visuel mais aussi les connexions de ce code vers le langage parlé. Les enfants comprennent bien ce que sont les syllabes. Mais ils ne savent pas ce que sont les phonèmes, c’est-à-dire la plus petite unité significative du langage parlé. Par exemple au départ, ils ne font pas la différence entre « Ba » et « Ga » ». De même, ils doivent apprendre que « Ba » « Bo » et « Be » ont des sons très voisins, dont la voyelle seulement permet de les distinguer. Si la lecture nous apparaît aujourd’hui aussi facile, c’est parce que nous sommes passés par cet apprentissage de base ; une approche qui doit démarrer dès la grande section de maternelle, avec des jeux de langage. « Jouer avec les rimes, compter le nombre de syllabes dans un mot, lui faire comprendre qu’un mot est également composé de phonèmes... Tous ces éléments contribuent à préparer l’enfant à la lecture ».
Au cours de l’apprentissage de la lecture, des zones du cerveau de l’enfant vont se spécialiser. Il apprend que la lecture se fait de gauche à droite,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires