Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Yves-Marie Bercé : Artemisia, peintre géniale et passionnée

« Mes oeuvres parlent d’elles-mêmes ! » disait cette virtuose du dessin
Artemisia Gentileschi (Rome 1593- Naples 1654) est la première femme admise à l’Académie du dessin de Florence. Elle n’a alors que vingt-trois ans. Un destin européen l’attend. Yves-Marie Bercé, de l’Académie des inscriptions et belles lettres, évoque cette femme libre qui n’appartenait qu’à son art, et la manière dont elle fut reçue dans la Rome du XVIIe siècle.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Anne Jouffroy
Référence : carr856
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr856.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida8915-Yves-Marie-Berce-Artemisia-geniale-et-passionnee.html
Date de mise en ligne : 6 mai 2012
Logo Art absolument

Yves-Marie Bercé rend hommage à la superbe exposition du musée Maillol à Paris (jusqu’au 15 juillet 2012) Artemisia, Pouvoir, Gloire et Passions d’une Femme Peintre-et à son catalogue très intéressant- qui permet de découvrir la peinture d’Artemisia pour la première fois en France :

Artemisia Gentileschi Sainte Cécile 1610-1612
Artemisia Gentileschi Sainte Cécile 1610-1612
Huile sur toile 108 x 78,5 cm Rome, Galleria Spada © Soprintendenza Speciale per il Patrimonio Storico, Artistico ed Etnoantropologico e per il Polo Museale della città di Roma

« Cette exposition est un événement dans les annales de l’histoire de l’art, à Paris tout au moins, dans la mesure où je ne crois pas que le public français était familier des œuvres de cette extraordinaire femme talentueuse, exceptionnelle en son temps. Elle est moins connue que son père, Orazio Gentileschi, dont l’œuvre peint est, pourtant, inférieur car moins original. On peut découvrir la capacité de création d’Artemisia dans des actions bibliques ou mythologiques mises en scène dans un style qui relève des maîtres bolonais (les Carrache) et qui, à d’autres moments par les clairs-obscurs, se rattachent plus aux éclairages du Caravage. Cette œuvre est, pour certains, difficile à interpréter : est-elle l’œuvre exceptionnelle d’une femme virtuose du dessin dont les capacités d’invention des mouvements et des situations de ses personnages s’allient à un art fascinant de la couleur ? Ou bien faut-il la mettre au rang de beaucoup d’autres peintres de son temps ? Peut-on « banaliser » sa situation dans les premières décennies du XVIIe où tant de peintres affluent à Rome venant de toute l’Europe ? En fait, sa célébrité, sa place extraordinaire dans la société aristocratique et auprès des plus grands collectionneurs européens témoignent bien de son génie. Elle est l’une des plus grandes artistes de son époque. »

Danaë Artemisia Gentileschi c.1612
Danaë Artemisia Gentileschi c.1612
Huile sur cuivre 41,3 x 52,7 cm Saint Louis, The Saint Louis Art Museum © Saint Louis, The Saint Louis Art Museum 27

Une famille d’artistes : hérédité et endogamie

Artemisia est née dans une famille liée aux arts, ses ancêtres étaient des orfèvres toscans. Son père est l’un des plus grands peintres de la Rome baroque. Elle devient, tout naturellement, apprentie dans l’atelier paternel. Dès l’âge de 15 ans elle crée elle-même. Suzanne et les Vieillards qu’elle réalise à 17 ans, éblouit son père : « elle est l’égale des plus grands maîtres » écrit-il, en 1612, à Christine de Lorraine, grande-duchesse de Toscane.

Judith et Holopherne Artemisia Gentileschi c. 1612
Judith et Holopherne Artemisia Gentileschi c. 1612
Huile sur toile 159 x 126 cm Naples, Museo Nazionale di Capodimonte © Fototeca Soprintendenza per il#PSAE e per il Polo museale della città di Napoli

Rome, Florence, Naples, Venise, Londres...

Agostino Tassi, peintre et compagnon d’Orazio, lui promet le mariage et abuse d’elle. Quand Orazio Gentileschi découvre le déshonneur de sa fille, malheureuse victime, il dénonce son collaborateur à la justice pontificale. Tassi est condamné.

Autoportrait au luth Artemisia Gentileschi c.1615-1619
Autoportrait au luth Artemisia Gentileschi c.1615-1619
Huile sur toile 65,5 x 50,2 cm Minneapolis, Curtis Galleries © Curtis Galleries, Minneapolis, Minnesota

Artemisia se marie, deux jours après le procès, avec un peintre florentin. À Florence, Artemisia s’affranchit de l’influence de son père et vole enfin de ses propres ailes. Sa réception au sein de l’Académie du dessin lui apporte privilèges, gloire et liberté d’action. Désormais seule maître de son destin, elle revient à Rome, puis ce sera : Naples, Venise, Londres et enfin de nouveau Naples où elle meurt en 1654, maître d’un immense atelier. Ses tableaux franchissent les frontières.

Le marché de l’art à Rome et le succès commercial d’Artemisia

Sous Maffeo Barberini, devenu le pape Urbain VIII en 1623, Rome connaît une véritable renaissance. Les cardinaux-neveux Barberini, humanistes et mécènes, attirent dans la Ville les artistes, les amateurs, les acheteurs, les antiquaires. La mode des expositions est lancée. Dans les nartex de certaines églises, dans les cloîtres, chez les collectionneurs privés, on expose des centaines de tableaux. Entre la Piazza del Popolo et la Piazza di Spagna, s’étend le bouillonnant quartier des peintres venus de France, de l’Europe du Nord ou de la Péninsule.

Allegorie de la Renommée Artemisia Gentileschi c. 1630-35
Allegorie de la Renommée Artemisia Gentileschi c. 1630-35
Huile sur toile 57,5 x 51,5 x 2 cm Londres-Milan, Robilant+Voena © Manusardi Art Photo Studio, Milano

Artemisia, honorée et protégée par l’élite intellectuelle et artistique du brillant pontificat d’Urbain VIII, est particulièrement fascinante, certes, mais elle n’est pas la seule femme-artiste dans l’Italie des XVIe et XVIIe siècles.

D’autres femmes peintres de renom

Et Yves-Marie Bercé de conclure : Pour une femme du début du XVIIe se consacrer à la peinture représente un choix hors du commun, mais pas exceptionnel. On ne saurait oublier Sofonisba Anguissola (1530-1625), Lavinia Fontana (1552-1614), Fede Galizia (1578-1630) et Virginia da Vezzo, miniaturiste et épouse de Simon Vouet.




En savoir plus :


Cléopâtre Artemisia Gentileschi c. 1635
Cléopâtre Artemisia Gentileschi c. 1635
Huile sur toile 117 x 175,5 cm Rome, collection particulière © Collection particulière

- Visitez le site du musée Maillol


- Retrouvez Yves-Marie Bercé de l’Académie des inscriptions et belles-lettres sur Canal Académie.


- Découvrez d’autres émissions d’art avec Anne Jouffroy






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires