Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Philippe le Bon (1419-1467) : le duc du Juste Milieu (3/6), par Philippe Contamine

Troisième portrait de la série "les Grands Ducs de Bourgogne", par Philippe Contamine, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et l’historien Bertrand Schnerb

Philippe le Bon, duc de Bourgogne de 1419 à 1467, serait-il le « duc du juste milieu » ? Comment concilia-t-il, à la fois, sa volonté de jouer un rôle prépondérant en France et son ambition de créer un État proprement bourguignon ? Philippe Contamine et Bertrand Schnerb ont observé attentivement les entreprises politiques de ce prince dans ce qu’il est convenu d’appeler les « Pays-Bas bourguignons ». Troisième émission de notre série consacrée aux Grands Ducs d’Occident.


Bookmark and Share

D'emblée, Philippe Contamine et Bertrand Schnerb s’attachent à préciser, de nouveau, que l’État fondé et développé par les ducs de Bourgogne entre le milieu du XIVe et la fin du XVe siècle est d’un genre particulier puisqu’il ne s’agit, non pas d’un État royal, mais d’un État princier. Ce type d’État se caractérise par l’existence d’un pouvoir politique incarné dans une dynastie princière, par la création d’institutions administratives, judiciaires, financières et militaires propres, par le développement d’une société politique et d’une idéologie spécifique, enfin par l’affirmation d’une diplomatie autonome.
Partant de cette constatation, il faut montrer comment les princes de la Maison de Bourgogne avec l’aide d’hommes qui se sont voués à leur service, parfois jusqu’à la mort, ont lutté pour imposer à l’intérieur une certaine centralisation et à l’extérieur la reconnaissance de leur souveraineté.

L’alliance anglaise après l’entrevue, sanglante, sur le pont de Montereau

L'assassinat de Jean sans Peur (10 septembre 1419) rend inévitable une réorientation de la politique bourguignonne. Philippe le Bon, désormais nouveau duc de Bourgogne, envisage sérieusement une alliance anglaise.
Le meurtre de Montereau, commandité par les Dauphinois et en présence du dauphin Charles, brise, en effet, pour longtemps toute possibilité de réunification politique et militaire face à l'envahisseur anglais.
Fils et successeur de Jean sans Peur, Philippe le Bon se rallie à la cause anglaise dès la fin de 1419. Le Traité de Troyes est scellé en mai 1420 et l’alliance anglo-bourguignonne devient, alors, une réalité dans le domaine militaire.

Le Traité de Troyes

Fort de l’alliance bourguignonne qui se dessine, Henri V, roi d’Angleterre, prend dès la fin de l’année 1419 contact avec le conseil du roi Charles VI siégeant à Paris pour(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires