Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Nappes et serviettes : le linge de table témoin de l’évolution des moeurs

La chronique « Histoire et gastronomie » de Jean Vitaux

Croyez-en notre historien de la gastronomie : on ne s’est pas toujours essuyé les mains avec une serviette mais quelquefois sur la nappe, sur du pain ou encore sur une touaille ! De l’Antiquité à nos jours et au fil des époques, suivez l’histoire, parfois complexe, de la nappe et de la serviette... elle est révélatrice de bien des aspects du savoir-vivre "français".


Bookmark and Share

Les nappes et les serviettes remontent à l'antiquité et nous renseignent sur les mœurs des convives. Elles ont une origine commune car en latin la serviette qui servait surtout à s'essuyer les mains après les ablutions précédant un banquet s'appelait «mappa» , qui a donné en français le mot nappe. La serviette a quant à elle une origine servile, puisqu'elle dérive du latin «servitor» qui a d'abord désigné un esclave avant de désigner au Moyen âge un serviteur de Dieu.


Une origine commune, reflet de mœurs grossières



Les mœurs antiques, qui se poursuivies jusqu'à l'époque classique au début du XVIIe siècle faisaient appel à la main pour porter les aliments à la bouche, comme c'est encore le cas pour la dégustation du couscous dans le Maghreb. Dans ces conditions il fallait s'essuyer la bouche et les doigts. Les Spartiates s'essuyaient avec les «apomagdalies» , qui étaient des petits morceaux de pain.
Les Celtes s'essuyaient sur leurs sièges qui n'étaient autres que des bottes de foin, selon André Castelot, mais les princes celtes disposaient aussi de luxueux sièges en bronze, les «kline» . A Rome, les serviettes, d'abord en lin, devinrent luxueuses et servaient souvent à emmener les reliefs des banquets. Les Romains, qui mangeaient avec les doigts, se les essuyaient sur les draps qui recouvraient les lits du triclinium où l'on mangeait à demi-allongé.

Au Moyen Âge, la serviette était dans les temps carolingiens indissociable de la nappe. La nappe était rendue nécessaire car il n'existait pas de table, mais seulement des planches posées sur des tréteaux. Les nappes étaient alors blanches, et retombaient sur les bords, le plus souvent jusqu'au sol. Les mœurs de ce temps étaient assez grossières et on s'essuyait la bouche sur les pans de la nappe, ce qui valait mieux cependant qu'avec ses doigts ou le revers de sa manche.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires