Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Creuset des arts et filiations : Jean Arp, Sophie Taeuber et Claude Parent, de l’Académie des beaux-arts

Claude Parent à la Fondation Arp : retour sur le genèse d’un architecte

Après une adhésion au dadaïsme, le sculpteur Jean Arp, pilier du modernisme (1886-1966) s’implique dans la défense de l’art abstrait à travers le néoplasticisme avec son épouse l’architecte Sophie Taeuber. Morte prématurément en 1943, il s’engage après la Guerre, auprès des artistes du Groupe Espace, où Claude Parent, l’architecte de la fonction oblique, alors âgé de 28 ans le rencontre. L’académicien s’inscrit ainsi dans les traces du néoplasticisme renouvelé après la guerre mais cherchant toujours à briser l’académisme : une période fondatrice de l’œuvre de Claude Parent en visite à la Fondation Arp, le jour de cet enregistrement.


Bookmark and Share

Poète à ses débuts, le sculpteur Jean Arp est né à Strasbourg, et a étudié les arts en Allemagne.
De son appartenance au mouvement Dada en 1915-1916 aux années trente, où il se lança dans la sculpture, il exerça une forte influence sur de nombreux artistes parmi lesquels, Tristan Tzara, Marcel Duchamp, Picasso ou Mondrian…Anticonformiste et contre l’art traditionnel, il voulait créer de « nouvelles apparences », tout en prenant la nature pour modèle.

Depuis les années 2000, quarante ans après sa mort, en 1966, même s’il fut reconnu tardivement de son vivant, mais à la hauteur de son indéniable talent, on s’accorde à reconnaître aujourd'hui dans son œuvre, une fécondité peu commune.

Recul aidant, il apparaît désormais comme l’un des principaux piliers du modernisme.

Jean Arp a mené durant toute sa vie une réflexion sur la recherche de la forme au point que certains historiens d’art ont parlé à propos de sa sculpture d’une invention pure de la forme.

Sur les terres nourricières des rêves, en lien avec son adhésion au surréalisme des débuts, Jean Arp a exploré le concept d'espace, le considérant comme une surface, à la recherche de formes originales, de volumes « en conversation » laissant derrière lui une œuvre poétique à part entière, mais aussi sculptée, gravées et dessinée.





Son œuvre est dispersée dans les musées du monde entier et dans trois Fondations.

L’une est à Locarno, la seconde en Allemagne et la troisième est en France à Clamart où Jean Arp avait acheté un terrain en bordure de la forêt de Meudon sur lequel il avait fait construire une maison conçue par sa femme Sophie Taeuber, morte tragiquement en 1943 en voulant le rejoindre à Zurich où Arp s’était réfugié après l’invasion de la France libre.

Jean Arp et Sophie Taeuber en arrivaient même à réaliser des œuvres en duo où toute intervention du hasard était bannie. Mais dans tous les aspects de son œuvre, Arp chercha les règles du hasard de manière implicite.


Tous les deux ont défendu l’abstraction.

Le couple Ar]Taeuber avec Théo Van Doesburg, l'initiateur du De Stijl ( "Le Style" en néerlandais, mouvement qui prend fin juste après la mort de celui-ci en 1931, caractérisé par une(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires