Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

François Eudes de Mézeray, historiographe de France, de l’Académie française

Une figure importante de la littérature classique ravivée par Guy Verron

François Eudes de Mézeray a joué un rôle fondateur pour l’histoire de France. Né en 1610, il figure parmi les historiens les plus connus de son temps. Membre puis secrétaire perpétuel de la jeune Académie française, son rôle y est capital, en particulier dans l’élaboration du Dictionnaire de la langue française. Esprit indépendant, il s’attira les foudres de Colbert qui provoqua sa chute et son isolement. Guy Verron, conservateur du patrimoine, nous présente cette figure importante de la littérature française.


Bookmark and Share

Issu d’une famille modeste de Normandie, Mézeray fit ses études à Caen. Très vite, il décida d’aller chercher fortune à Paris où il bénéficia de la protection de son compatriote Nicolas Vauquelin des Yvetaux. Ce personnage joua un rôle important dans les débuts du jeune Mézeray non seulement il lui obtint une place de commissaire des guerres mais il a aussi façonné son esprit original et anticonformiste. Désintéressé de la chose militaire, Mézeray abandonna sa fonction pour se livrer à l’étude de l’histoire. Etudiant au collège Sainte-Barbe, il travailla avec tant d’ardeur qu’il en tomba malade. Le cardinal de Richelieu s’intéressa alors à ce travailleur encore obscur et lui attribua une bourse.

En 1643, Mézeray publiait le premier volume de son Histoire de France. Cet ouvrage dont la publication s’étala jusqu’en 1651 fit de lui un auteur célèbre. Il gagna le titre d’historiographe de France assorti d’une pension de quatre milles livres. En 1648, il entrait à l’Académie française, sans sollicitation en remplacement de Voiture. A partir de 1651, il accepta la responsabilité de la rédaction du Dictionnaire de la langue française commencée par l’Académie. Il y travailla pendant trente-trois ans et réussit à terminer toutes les lettres de l’alphabet qui restaient à traiter. Ce n’est pas pour autant qu’il fut apprécié par ses confrères. Il faut dire que sa conduite presque familière tranchait avec la politesse excessive et l’attitude servile de la plupart des académiciens. Pour se démarquer il avait aussi pris pour habitude de toujours donner une boule noire à ceux qui se présentaient sous prétexte de liberté ! En 1675, il devint tout de même secrétaire perpétuel de la compagnie à laquelle il faut avouer il consacrait beaucoup de temps. Au-delà de son travail sur le dictionnaire, il s’occupait aussi des finances et se révéla un bon administrateur pour l’Académie.

Durant la Fronde, on dit qu’il était l’auteur de certains pamphlets contre Mazarin. Le caractère clandestin des mazarinades ne permet aucune certitude mais il semblerait que Mézeray n’ait pas eu de part active dans la Fronde. Sa rupture avec le pouvoir est(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires