Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Leili Anvar : La quintessence des religions chez l’iranien Ostad Elahi

Spécialiste de littérature persane et de poésie mystique, elle intervenait au colloque "Quelle sagesse pour notre temps ?" de la Fondation Ostad Elahi Ethique et Solidarité humaine

A l’occasion de la 10 ème édition de la journée de la solidarité humaine, l’Institut de France accueillait dans un colloque dont le thème s’articulait autour de la question "Quelle sagesse pour notre temps ?" Leili Anvar, maître de conférences en littérature persane à l’institut national des langues et civilisations orientales et spécialiste de poésie mystique, qui, dans un exposé intitulé "La quintessence des religions chez Ostad Elahi", apporte un éclairage concret et personnel de la conception de la sagesse du philosophe.


Bookmark and Share

Cette émission vous est proposée dans le cadre du partenariat établi entre Canal Académie et la Fondation Ostad Elahi Ethique et Solidarité humaine. Elle se divise en deux temps : dans le premier, vous pourrez écouter l’intervention de Leili Anvar, puis, dans le second, l’entretien de Leili Anvar répondant aux questions du journaliste Jacques Paugam, modérateur et animateur de ce colloque.

La quintessence des religions chez Ostad Elahi



Ostad Elahi, puisqu’il s’agit de lui, fait partie des grands sages méconnus du 20ème siècle, grand sage, à la fois par sa pensée et par la manière dont il a vécu et réussi à extraire de sa propre vie une pensée qu’il a voulu ensuite transmettre, une pensée de la sagesse.
Et s’il n’est pas très connu, c’est précisément une des preuves de cette sagesse. Car de son vivant beaucoup de gens ont voulu le faire connaître, que ce soit comme musicien, puisqu’il était un immense joueur du tanbur kurde, mais aussi en tant que penseur mystique. Beaucoup de personnes sont donc venus le voir, que ce soit d’Iran où il vivait, ou d’Europe ou des Etats-Unis, pour le faire connaître ; et chaque fois, il leur disait : « Vous pouvez utiliser cet enseignement que je vous donne, mais ce n’est pas la peine de me citer nommément ». N’est-ce pas là un signe de très grande sagesse que cet effacement ?

Je disais donc un sage mystique, même si cela peut paraitre paradoxal d'accoler ces mots, sa pensée se résumant, en fait, à développer la raison saine pour se connaître et connaître par là la Vérité.
Le meilleur terrain de la connaissance, c’est à la fois le soi et la société, pour Ostad Elahi. C’est pourquoi il a vécu une vie sociale active sans laquelle aucune véritable sagesse n’est possible. Il était, je l’ai dit, musicien, mais aussi magistrat, et je dirais que le point commun entre ces deux discipline c’est à la fois la maîtrise de soi, l’exactitude, et le désir de vérité. Quand je dis vérité, je veux dire par là qu’un bon musicien est toujours quelqu’un qui est sincère avec celle-ci. Toute sa vie a été orientée vers sa quête, mais plus encore, et plus fondamentalement, vers sa pratique, et c’est à cela que je voudrais venir(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires