Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Philosophie des sciences : Biosphère et technosphère

par Bertrand Saint-Sernin, de l’Académie des sciences morales et politiques

Jusqu’à quel point la biosphère et la technosphère influencent-elles le destin de l’humanité ? C’est à cette question que la nouvelle chronique de Bertrand Saint-Sernin tente de répondre en remontant l’historique de ces deux termes et en analysant leurs relations. Canal Académie vous propose la retransmission de sa conférence.


Bookmark and Share

Introduction

«Le terme “biosphère” a été défini en 1926 par un savant Russe, Wladimir Vernadsky [[Wladimir Vernadsky (1863-1945) publie en français, en 1924, La Géochimie et, en russe, en 1926, La biosphère, traduit en français en 1928.p[- (1863-1945) ;
- quant à celui de “technosphère”, il ne s’est pas encore vraiment imposé, certains auteurs lui préférant d’autres noms.
Dans ce qui suit, nous entendons par “biosphère” l’ensemble du monde vivant, genre humain compris, ainsi que les supports inorganiques et organiques qui en conditionnent l’existence ; et, par “technosphère”, l’ensemble des actions techniques de l’humanité sur la nature. Le choix du singulier implique, dans les deux cas, que ces actions forment un système, qu’elles ont un principe d’unité.



Ainsi, l’énoncé pose plusieurs problèmes : 1) de quoi est faite l’unité supposée de la biosphère et de la technosphère ? 2) Leur unité respective se constitue-t-elle par une histoire et, si oui, laquelle ? 3) Quels sont les interférences entre biosphère et technosphère qui influencent le destin de l’humanité ?



I. Analyse des termes



Biosphère


C’est chez Aristote que l’on trouve la première analyse scientifique du monde vivant. Mais c’est l’idée d’évolution qui, au XIXe siècle, fournit le moyen de penser l’unité de la constitution et de l’histoire de l’ordre vivant. Il est donc tentant de rapprocher Aristote et Darwin, comme le fait Étienne Gilson dans un essai tonique : D’Aristote à Darwin et retour.

En 1830, eut lieu à l’Académie des Sciences de Paris une controverse entre Georges Cuvier et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, dont on trouve l’écho dans les Conversations d’Eckermann avec Goethe(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires