Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Plantes génétiquement modifiées : certains OGM sont valables, d’autres pas

avec Georges Pelletier, de l’Académie des sciences et Michel Griffon, de l’Académie d’agriculture

Georges Pelletier généticien et Michel Griffon agronome et économiste nous offrent une nouvelle vision sur les OGM, pour sortir du débat pro ou anti-OGM et nous aider à comprendre comment et pourquoi certaines plantes génétiquement modifiées sont valables et d’autres beaucoup plus discutables.


Bookmark and Share

La polémique autour des plantes génétiquement modifiées et de ses potentiels risques environnementaux a débuté en France en 1998. C’est à cette date que sont en effet autorisées pour la première fois des cultures de maïs transgénique. Mais comme le rappelle Georges Pelletier, directeur de recherche émérite à l’INRA et membre de l’Académie des sciences, en 1986 déjà, la France expérimentait les plantes transgéniques à l’échelle du laboratoire. « La France était le premier au monde à expérimenter les OGM à cette époque, avant même les États-Unis ».
En 2008, retournement de situation : le gouvernement français interdit la culture du maïs Monsanto MON810 en invoquant la clause de sauvegarde, suivant ainsi l’avis de la Haute Autorité sur les OGM (les cultures expérimentales restent autorisées). Mais finalement, la même année, le maïs génétiquement modifié est de nouveau autorisé en France.
Puis en mars 2012, après plusieurs hésitations, et dans le contexte politique de la campagne présidentielle, le gouvernement interdit de nouveau la culture du maïs MON810 sur le territoire national « afin de protéger l’environnement ».
« Les interdictions correspondent de façon concomitante, à la disparition de la recherche sur les plants transgéniques. Les essais dans les champs sont devenus pratiquement impossibles pour différentes raisons et les chercheurs sont partis à l’étranger faire leurs essais en Inde » selon Georges Pelletier.

Pour Michel Griffon, économiste et agronome, le conflit entre les pro et anti OGM est désespérant. « Tout est réuni pour un climat de conflit : on observe une alternance entre l’abstention du monde politique et son irruption dans le dossier, alors qu’il doit trancher en permanence. La société a peur, tout est judiciarisé : toute parole est susceptible d’être retenue contre celui qui la prononce, figeant le débat. Enfin on observe une sous-information du public. Il est de notre devoir de scientifique de clarifier les choses. Il faut détricoter ce conflit pour le mettre à plat et trouver des voies de solution ».

Ainsi donc, nos deux chercheurs répondent point par point aux questions qui font débat actuellement sur l’exploitation des plantes génétiquement modifiées et les risques pour(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires