Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La berline de l’Empereur et la mystérieuse histoire du butin de Waterloo

A l’occasion de l’exposition La berline de Napoléon au musée de la Légion d’honneur, Anne de Chefdebien et Thierry Lentz présentent ces trésors retrouvés.

Près de deux siècles après Waterloo et la chute de Napoléon, la berline de l’Empereur et une partie du butin conquis par les Prussiens, sont pour la première fois présentés à Paris pour une exposition exceptionnelle au Musée de la Légion d’honneur jusqu’au 8 juillet 2012. L’événement s’accompagne d’un catalogue dont la direction a été confiée à Jean Tulard, de l’Institut. Anne de Chefdebien et Thierry Lentz, qui ont participé au catalogue, reviennent sur cette prise rocambolesque et ses trésors.


Bookmark and Share

- Waterloo, 18 juin 1815. N’est-ce pas la bataille de Napoléon la plus fascinante ? Est-ce parce que c’est la dernière ? Est-ce parce que les romantiques mais aussi les vainqueurs la glorifièrent ? Il faut dire qu’ils obtenaient enfin leur revanche sur le souverain qui les avait tenus en échec. Au soir de la bataille, il ne leur manquait finalement que Napoléon. N’ayant pas capturé l’Empereur, les prussiens accordèrent une dimension particulière au pillage de ses effets personnels, et firent grand cas de la prise de sa voiture.

- En effet, dans le chaos de la défaite, les Prussiens réussirent à s'emparer de deux voitures personnelles de Napoléon : une grosse berline où l'Empereur pouvait dormir, se restaurer et travailler pendant les longs trajets ; un landau en berline, plus léger, construit en 1812 et utilisé par Napoléon pendant la campagne de Russie.

- Dans la dormeuse, les soldats prussiens découvrirent vaisselle, linge de corps et de toilette, nécessaire dentaire, armes, pièces d'or, bijoux et pierres précieuses. Il s’agit de la part rémunératrice du butin, la part symbolique se trouvait vraisemblablement dans le landau et dans la voiture de Marchand. Parmi les pièces significatives figurent le manteau, l’épée, le chapeau et les décorations de Napoléon Ier. Étaient réunis, entre autres, le grand-aigle de la Légion d'honneur -ordre créé en 1802 par Bonaparte, Premier consul - l'Aigle noir de Prusse, la Toison d'or d'Espagne, les insignes de l'ordre des Séraphins de Suède...


Des pièces données, perdues, retrouvées, cachées...

- Le destin de ces différents objets après 1815 fut mouvementé.
La dormeuse fut d'abord emmenée en Allemagne, puis en Angleterre où elle disparut en mars 1925 dans l'incendie du musée Tussaud de Londres. La redingote grise, un chapeau et une épée de Napoléon furent emportés par des officiers prussiens et se retrouvèrent dans des collections privées puis dans des musées allemands.

- Contrairement à la légende entretenue par les Prussiens, cette redingote, ce chapeau et cette épée n'étaient pas ceux reellement portés par Napoléon à Waterloo. Précisons toutefois que le chapeau porté par Napoléon le jour de la bataille a été retrouvé. Rentré à Paris après la bataille, Napoléon le fit porter chez son chapelier, Poupard, pour qu’il soit nettoyé et remis en forme. La suite(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires