Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Pierre Dac : De Radio Londres à l’Os à moëlle et au schmilblick, le parcours de l’humoriste loufoque

L’amuseur des mots au pays de la langue française est évoqué par Jacques Pessis

Pierre Dac, grand amoureux de la langue française, a utilisé cette dernière en tant que chansonnier, humoriste et comédien. Ancienne figure de la Résistance il est connu pour ses joutes verbales, son don du jeu de mots, ses citations et autres calembours… Nous l’évoquons avec le journaliste et écrivain Jacques Pessis qui fut son légataire universel.


Bookmark and Share

André Isaac, dit Pierre Dac, (1893-1975) humoriste et comédien français, a été, pendant la Seconde Guerre mondiale, une figure de la Résistance contre l'occupation de la France par l'Allemagne nazie.

Mobilisé en août 1914 au lendemain de son vingt-et-unième anniversaire, il revient du front quatre ans plus tard avec deux blessures, dont une d'un obus qui lui a raccourci de douze centimètres le bras gauche. Après la Première Guerre mondiale, Pierre Dac vit de petits métiers à Paris. Dans les années 1930, il se produit comme chansonnier dans divers cabarets, notamment la Vache Enragée, le Coucou, le Théâtre de 10 Francs, le Casino de Paris, les Noctambules, et la Lune rousse à Montmartre.

Fondateur de l'Os à moëlle

En 1938, il fonde L'Os à moëlle, organe officiel des loufoques, une publication humoristique hebdomadaire au nom inspiré par François Rabelais et par son père boucher (le mot loufoque vient de l'argot des bouchers, le louchébem, et signifie fou) qui a pour collaborateurs le chansonnier Robert Rocca, les dessinateurs Jean Effel, Roland Moisan, etc. Dès son premier numéro, il annonce la constitution d'un « Ministère loufoque », dont les portefeuilles ont été distribués « au Poker Dice ». Ses petites annonces - dont la plupart rédigées par Francis Blanche qui débutait alors - vendent de la pâte à noircir les tunnels, des porte-monnaie étanches pour argent liquide, des trous pour planter des arbres, etc. Le monde de cette époque pratiquant un style différent de loufoquerie, le journal - dès l'origine très anti-hitlérien - disparut après son dernier numéro (no 109) le 7 juin 1940. L'équipe du journal est contrainte de quitter Paris alors sur le point d'être occupé. Il reparaîtra épisodiquement en 1945-1946, puis vers 1965, avec des talents nouveaux comme René Goscinny (Les aventures du facteur Rhésus) et Jean Yanne (Les romanciers savent plus causer français en écrivant).

Inventeur du schmilblik

Pierre Dac est l'inventeur du Schmilblick, qui « ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout. Il est rigoureusement intégral ! ». Le mot « Schmilblick » sera repris par Guy Lux pour un jeu télévisé (hérité de "La Chose" de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires