Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jacques-Fromental Halevy, de l’Académie des beaux-arts, compositeur de plus de quarante opéras, reste célèbre par "La Juive"

2012 célèbre l’anniversaire de sa mort. Retour sur sa vie et son oeuvre avec Danièle Pistone, correspondant de l’Institut

Jacques-Fromental Havély naît en 1799. Il entre au conservatoire dès l’âge de 7 ans. Il mourra de la tuberculose à Nice le 17 mars 1862, il y a tout juste 150 ans. Cet anniversaire -commémoration nationale- nous offre l’occasion de rappeler la brillante carrière de ce compositeur dont seule, son oeuvre "La Juive" continue à se donner sur les scènes lyriques.


Bookmark and Share

Dès l’âge de 7 ans, il entre au Conservatoire de Paris où il devient l’élève de Félix Cazot, Lambert, Henri Montan Berton, Étienne Nicolas Méhul et Luigi Cherubini, qui restera un ami intime sa vie durant. En 1817, il obtient le premier second prix de Rome, puis le premier grand prix en 1819.

En 1827, il est nommé professeur d’harmonie au Conservatoire et, un peu plus tard, il y enseigne le contrepoint et la composition. Il compose une quarantaine d'opéras. Seul La Juive, grand opéra français sur un livret de Scribe, se joue encore actuellement.

Il épouse une femme artiste et cultivée, fille de banquier juif, Léonie Rodrigues-Henriques, et a deux filles, l'aînée morte en 1864 alors qu'elle est fiancée à son cousin Ludovic Halévy, et Geneviève (1849-1926), future Madame Georges Bizet, puis Madame Émile Straus.

Jacques-Fromental Halevy a été un mélodiste très abondant, parfois inspiré, très intelligent, sincère jusqu’à la naïveté. Par contre, il s’est montré peu doué pour la musique de ballet. Il avait également un réel talent d’écrivain : Lettres sur la musique, parues sous le pseudonyme de Gervasius.



Parmi les trente-six ouvrages qu’il a écrits pour le théâtre, les plus applaudis sont Guido et Ginevra ou la Peste de Florence sur un livret de Scribe (5 mars 1838), La Reine de Chypre sur un livret de Saint-Georges (22 décembre 1841) et Charles VI sur un livret de Casimir et Germain Delavigne (15 mars 1843).

On peut citer, parmi ses opéras-comiques, L’Éclair (1835), Les Mousquetaires de la Reine (1846), Le Val d’Andorre (1848) et La Tempesta (1850). Son œuvre comprend également quelques cantates, diverses pièces de musique vocale, un De Profundis pour la cérémonie funèbre du duc de Berry.

En 1833, il succède à François-Joseph Fétis comme professeur de contrepoint au Conservatoire avant d'être élu en 1836 à l’Académie des Beaux-Arts succédant à Antoine Reicha. Il en devient le secrétaire perpétuel en 1854. Après sa mort, il(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires