Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

A la bibliothèque Thiers, à Paris, découvrez Clarisse Bader (1840-1902) et la condition féminine au XIX e siècle

Entretien avec Sylvie Biet, conservateur en chef de la bibliothèque de l’Institut de France et de la bibliothèque Thiers

La traditionnelle journée de la femme, le 8 mars, permet de revenir sur les courants féministes et le rôle joué par l’historienne et journaliste Clarisse Bader. La bibliothèque Thiers -située dans l’hôtel particulier Dosne-Thiers, place Saint Georges dans le IX° arrondissement à Paris- expose la correspondance de Clarisse Baderet, bon éclairage sur la condition féminine au XIX° siècle. Sylvie Biet nous en dévoile tout l’intérêt historique.


Bookmark and Share


Le XIXe siècle apparaît comme une période sombre pour la condition féminine. Si les femmes ont participé en nombre à la Révolution de 1789, elles n’en ont guère récolté les fruits. La place des femmes est à la maison, pas dans la cité, encore moins à la tribune d’une assemblée. En effet, les « Tricoteuses » ont rapidement été priées de regagner leurs pénates, Olympe de Gouges qui proclamait en 1792 : « La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune. » est effectivement montée… à l’échafaud !
A la rare exception de Condorcet qui proclame qu’ « une entière égalité des droits entre les individus des deux sexes est une conséquence nécessaire de leur nature », les révolutionnaires étaient tous d’accord sur un point : la révolution dans l’État, d’accord, la révolution au foyer, pas question !

Les mêmes refrains furent serinés tout au long du XIXe siècle, par la gauche comme par la droite, par Proudhon (1809-1865) comme par Joseph de Maistre (1753-1821), concernant la faiblesse congénitale de la femme, sa place tracée de toute éternité au foyer, par Dieu, la nature ou le « bon sens » ; son rôle domestique exclusif d’épouse et de mère, l’obéissance qu’elle doit à son mari sensé assurer sa protection et sa subsistance, l’inutilité de donner à la jeune fille une éducation autre que primaire, l’interdiction faite à la femme d’accéder à certains métiers, etc. Et toujours, l’épouvantail brandi de la perversion de l’ordre naturel et des conséquences épouvantables pour tout le genre humain : remettre en question la place de la femme dans la société ébranlerait tout simplement les fondements de notre civilisation !

Mais qu’en pensent les femmes ?


En attendant les grandes conquêtes du XXe siècle en matière d’émancipation et d’égalité entre les sexes, le XIXe siècle voit quand même l’éclosion du féminisme.
Des féminismes, devrait-on dire. Car au XIXe siècle, les femmes face à leur condition sont bien loin de présenter un front uni.
D’abord parce qu’elles(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires