Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Amin Maalouf : « Pour aller résolument vers l’autre, il faut avoir les bras ouverts et la tête haute »

Jean Roulet a relu l’essai "Les identités meurtrières" du nouveau membre de l’Académie française

Et si, par delà les conflits d’intérêt, toutes les violences qui ensanglantent notre planète n’étaient déclenchées ou en tous cas entretenues que par des conflits d’identités ? Telle est la thèse d’Amin Maalouf dans les Identités meurtrières, essai publié en 1998 (disponible en Livre de poche). Elle n’a jamais été aussi évidente qu’à l’heure où, en 2012, l’Académie française accueille dans ses rangs le grand romancier franco-libanais.


Bookmark and Share





Amin Maalouf porte un double regard sur l’Histoire et sur l’actualité. Les remous de la mondialisation le confirment dans son analyse. Les bouleversements qu’il observe « à l’œil nu » ne laissent pour lui aucun doute : « la mondialisation accélérée provoque, en réaction, un renforcement du besoin d’identité. » Elle atteint les hommes dans ce qu’ils ont de plus enraciné. Elle provoque un renforcement du besoin de spiritualité. « Seule l’appartenance religieuse apporte, ou du moins cherche à apporter, une réponse à ses deux besoins, » même si elle ne peut, à elle seule rendre compte de l’ensemble du phénomène.

Amin Maalouf va montrer que cette mondialisation agit comme le révélateur de ce qui a toujours sous-tendu les conflits : le combat pour protéger une identité soudain menacée de remise en cause, ou vécue comme telle.


L’erreur identitaire


Je suis serbe ou bien je suis croate. Je suis musulman ou bien je suis juif. Je connais mon ennemi : c’est l’autre, celui d’en face. Ne pas le reconnaître serait une traîtrise à mon camp.

Amin Maalouf passe en revue ce genre de réaction et dénonce une dangereuse simplification de l’identité.

Pourquoi faut-il qu’elle soit ainsi réduite à une seule appartenance alors que l’identité de chacun se construit sur une multitude d’appartenances ? Pourquoi cette conception restreinte et figée de notre image identitaire ?

Toute l’erreur vient de là. Tout le mal vient de cette erreur. De cette réduction qui va conduire à une conception meurtrière de l’identité, qui au lieu de différencier chaque homme le rattache à un camp et l’oppose à un autre camp.


Le temps de la mondialisation


En quoi la mondialisation a-t-elle généralisé et dramatisé cette opposition ? Il faut bien l’admettre, la mondialisation consacre et tend à imposer une modernité qui vient du nord. Pour une large part de notre monde, elle n’est, que « le cheval de Troie » d’un modèle occidental : une américanisation, une mise en péril des autres cultures, de leur mode vie. Elle porte les relents d’un christianisme triomphant et(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires