Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Beatus Rhenanus et la Bibliothèque Humaniste de Sélestat : "unique et irremplaçable"

La chronique Sites et Monuments de Robert Werner, correspondant de l’Académie des beaux-arts

Le 26 mai 2011 fut un grand jour pour la ville de Sélestat en Alsace : la Bibliothèque Humaniste, celle du savant Beatus Rhenanus, est officiellement inscrite par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, au registre de " Mémoire du monde ". Robert Werner dresse ici le portrait de Beatus Rhenanus, figure maîtresse de l’humanisme rhénan, et rappelle le rayonnement culturel de la ville de Sélestat, carrefour européen.


Bookmark and Share

Située au coeur de la vieille ville, cette bibliothèque est l'une des seules en Europe dont l'ensemble du fonds n'a jamais été dispersé. Dans son courrier à l'ancienne ville de la Décapole, l'ONU souligne " l'intérêt universel, ainsi que le cararactère unique et irremplaçable " de cette collection riche de 1686 précieux documents, 450 manuscrits reliés, 550 incunables et 260 lettres manuscrites. Cette bibliothèque invite à un voyage au coeur de l'histoire du livre du VIIe au XVIè siècle et témoigne de l'importance de la ville de Sélestat (Bas-Rhin) à l'époque du grand mouvement intellectuel que fut l'humanisme rhénan.


Mais quel est donc cet homme, ce Beatus Rhenanus, qui nous a légué, un à un, ces témoignages directs d'une époque, où, grâce à l'avènement de l'imprimerie et de la Réforme, on veut voir, savoir, comprendre, voyager...



Né en 1485 à Sélestat, il est le fils d'un riche boucher. Elève studieux de l'école latine de sa ville, un établissement renommé au début du XVIe siècle, ses professeurs apprécient bien vite la facilité avec laquelle, ayant aisément appris le latin, il disserte sur Virgile et Ovide, comme le montre son cahier d'écolier conservé à la Bibliothèque. Il y note tout, d'une écriture soignée, dit ce qu'il pense de l'enseignement qui lui est dispensé, des perspectives qui s'offrent à lui...Justement, à 18 ans, il veut aller à Paris pour y poursuivre ses études, rencontrer ces professeurs dont l'influence est telle dans ce nouveau monde de la connaissance, qu'on l'évoque par delà les provinces, jusqu'à Sélestat alors Ville Libre de la Décapole, la ligue de dix villes d'Alsace fondée entre 1354 et 1356, et qui ne sera totalement intégrée à la France que sous la Révolution.


Dans la capitale, il a la chance de devenir l'élève de Jacques Lefèvre d'Etaples, le grand humaniste et théologien, dont la traduction de la Bible lui attira quelques soucis puisqu'on le soupçonna de favoriser les idées de la Réforme. Beatus, futur homme de lettres, travaille à présent comme correcteur dans l'atelier du célèbre imprimeur parisien Estienne, et ses revenus lui permettent de compléter sa bibliothèque personnelle commencée à l'âge de 15 ans. Ainsi, à 22 ans, à la fin de son séjour parisien, il possède 253 volumes, ce qui est considérable à cette époque.
Le voilà de retour dans la région rhénane où il s'investit bien vite dans l'édition, devenant directeur des publications de la maison Froben de Bâle. Il y corrige, annote(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires