Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Georges Rohner, de l’Académie des beaux-arts, peintre français, héritier des classiques comme de Mondrian

Les peintres du XXe siècle : la chronique de Lydia Harambourg

L’artiste Georges Rohner, né à Paris en 1913, a traversé le XXe siècle à travers la tradition du figuratif. Pour lui l’abstraction est l’armature de la figuration. L’historienne et critique d’art Lydia Harambourg, correspondante de l’Académie des beaux-arts, présente l’œuvre du peintre élu à l’Académie des beaux-arts (au fauteuil précédemment occupé par Ingres) en 1968.


Bookmark and Share

Dans un tableau qu’il a intitulé Le musée imaginaire (1975), Rohner a réuni les œuvres des peintres qu’il admire et qui demeureront des modèles absolus depuis qu’il les a découverts au Louvre. Il est âgé de 14 ans. David est évoqué par le Sacre de Napoléon, Marat assassiné, et Ingres dont Rohner occupera le fauteuil à l’Académie des Beaux-Arts où il est élu en 1968, est représenté avec La Grande Baigneuse, la Grande Odalisque, le Bain turc. Ces deux artistes soulignent sa filiation avec le dessin et une esthétique classiques. Clarté et rigueur caractérisent le Saint Jérôme de Georges de la Tour dont Rohner a compris le rôle de l’éclairage dans l’ordonnancement de la composition. L’ordre, la mesure et l’équilibre se trouvent aussi chez Uccello, Mantegna, Philippe de Champaigne, mais aussi Chardin, Corot. Une toile de Mondrian complète ce panthéon pictural. Le fondateur de l’abstraction géométrique qui, en supprimant la courbe, a pensé parvenir à « l’unité entre la matière et l’esprit » retient toute son attention.





La réalité de la peinture


Son parcours est placé sous le signe de la tradition, détentrice des valeurs humanistes, et une indépendance qui lui fait refuser le circuit officiel de l’École des Beaux-Arts et du Prix de Rome. En 1930 il entre comme élève libre à l’Atelier Lucien Simon où il se lie avec Despierre, Brayer, ses futurs confrères à l’Académie, mais aussi Fontanarosa, et Humblot avec lequel il noue des liens d’une amitié solide et durable. En 1932 ils louent un atelier rue Assouline où les deux amis travailleront deux années. Un voyage à Amsterdam en 1931, un autre en Espagne, l’année suivante, précèdent son service militaire qu’il choisit de faire à la Guadeloupe. Deux années passées à Basse-Terre, de 1934 à 1936,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires