Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Unité des Italiens de 1848 à 1870 : le réveil d’un sentiment national

Gilles Pécout, à l’occasion du 150 e anniversaire de l’Etat italien, rappelle le rôle de la France

En 1861, le royaume indépendant d’Italie est proclamé et dix ans plus tard il se donne Rome comme capitale. Un nouvel État apparaît sur la scène internationale grâce son réveil national et à l’appui des grandes puissances européennes. Gilles Pécout, historien de l’Italie contemporaine, dans son livre Naissance de l’Italie contemporaine, 1770-1922 met en lumière la construction nationale italienne, son idéologie, ses conquêtes militaires et politiques. Qu’est ce que le Risorgimento ? Quelles furent les relations franco-italiennes au XIXesiècle ? Est-ce à dire que l’Italie a définitivement retrouvé comme État son ancestrale unité nationale dans la réalité comme dans le discours ?


Bookmark and Share

Gilles Pécout, président français du comité scientifique de l’exposition Napoléon III et l’Italie, Naissance d’une Nation, 1848-1870 au musée de l’Armée aux Invalides à Paris, est professeur des universités, directeur du département Histoire à l’Ecole Normale Supérieure et directeur d’Etudes à l’Ecole pratique des Hautes Etudes.

Le cycle de la commémoration du cent-cinquantenaire de l’Unité italienne –qui se termine le 15 janvier 2012 au musée de l’Armée- fut ouvert en avant[remière en septembre 2010 par l’inauguration du colloque sur Cavour organisé à l’Ecole Normale Supérieure en collaboration avec l’Institut culturel italien et l’Institut de France. À cette occasion le président de la République italienne Giorgo Napolitano était venu à l’Institut de France et à l’Ecole Normale Supérieure.




Des divisions territoriales et politiques

À la fin du XVIIIesiècle et au début du XIXesiècle l’Italie existait comme une nation culturelle et historique mais ce n’était pas un « État-Nation ».

L’organisation territoriale et politique de la péninsule, divisée en une multitude d’États et faisant l’objet d’une domination étrangère, était régie par un ordre dynastique et patrimonial hérité du Congrès de Vienne en 1815 quand l’Europe, en réaction aux idées révolutionnaires, cherchait à restaurer l’autorité des princes d’Ancien Régime.
De 1815 à 1860, précise Gilles Pécout, plusieurs ensembles géopolitiques se partageaient le territoire de l’Italie :


- Trois États indépendants : le royaume de Piémont-Sardaigne, capitale Turin ; le royaume des Deux-Siciles avec Naples, sa capitale ; les États Pontificaux dont Rome était la capitale.

- Des États vassaux de l’Autriche : Parme, Modène, le Grand-duché de Toscane

- Des États occupés par(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires