Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les pérégrinations de Monsieur Thiers, voyageur collectionneur

Pourquoi l’homme d’Etat a-t-il parcouru tant de pays ? Réponses avec Sylvie Biet, conservateur de la Bibliothèque Thiers

Les voyages et les pays étrangers ont joué un grand rôle dans la vie d’Adolphe Thiers, journaliste, critique d’art, historien et homme d’État. En homme politique chargé de questions de politique étrangère, il a toujours eu à cœur de se documenter en profondeur, comme en témoignent les dossiers présents dans les archives de la bibliothèque Thiers. Sylvie Biet, conservateur en chef de la Bibliothèque de l’Institut et conservateur de la Bibliothèque Thiers présente un aspect peu connu de la personnalité et des actions de Thiers. Pourquoi tous ces voyages ? Quelles furent ses destinations ?


Bookmark and Share

La Bibliothèque Thiers est située dans l’hôtel particulier Dosne-Thiers, place Saint-Georges dans le IXe arrondissement, à Paris. Actuellement, quelques vitrines évoquant les multiples pérégrinations de Monsieur Thiers sont présentées aux visiteurs.



Cette exposition est intitulée  : 
« Collections voyageuses et voyageur collectionneur : Les périples de Monsieur Thiers. »


Le savoir de Thiers (1797-1877) n’était pas purement livresque. Il tenait à se rendre sur place, à rencontrer les hommes politiques, à sonder l’opinion publique. Allemagne, Angleterre, Autriche, Belgique, Espagne, Hollande, Italie, Portugal, Suisse… quel pays de l’Europe de son temps n’a-t-il pas parcouru ?

Thiers voyagea certainement par goût, mais aussi pour trois raisons principales : des raisons utilitaires, l'histoire et la politique, et pour le plaisir, l'art pour l'art!



Les enquêtes historiques



Thiers allait sur place, à la recherche de témoignages historiques. D’abord, pour se documenter en vue de la rédaction de sa monumentale Histoire du Consulat et de l’Empire : ses scrupules d’historien, son souci d’exactitude l’incitèrent à parcourir tous les champs de bataille, à visiter toutes les villes et les localités qui servirent de cadre à l’épopée napoléonienne. Il poussait le détail jusqu’à interroger les habitants, à solliciter la mémoire de paysans qui furent témoins des batailles, qui virent passer la Grande Armée. Il s’émerveillait du souvenir que laissa Napoléon Ier dans la mémoire collective, y compris au sein de pays vaincus. Ce fut aussi pour se documenter qu’il séjourna plusieurs fois à Florence : il comptait, en effet, rédiger un ouvrage sur l’histoire de cette ville qui le passionnait.
Il a même été jusqu’à payer pendant quatorze années de suite un correspondant, Giuseppe Canestrini, chargé d’explorer pour lui les riches fonds d’archives et les bibliothèques florentines !



Derrière l’historien, l’homme d’Etat n’est jamais loin



Ses voyages eurent, aussi, des buts politiques. Point d’anonymat pour cet ancien président du Conseil, pour cet(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires