Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Souvenirs de famille : Marcel Landowski de l’Académie des beaux-arts, Chancelier de l’Institut de France

Évocation en compagnie de sa fille, la comédienne et chanteuse Manon Landowski

Marcel Landowski, compositeur, ancien Chancelier de l’Institut de France, est évoqué par sa fille Manon Landowski. Cette dernière nous offre un témoignage troublant sur celui qu’elle n’a jamais cessé d’admirer, pour son oeuvre, son talent et tout ce qu’il lui a transmis.


Bookmark and Share

Les souvenirs de Manon Landowski sur son père n'ont pas de peine à surgir. L'émotion, en outre, retient les mots. Il semble que Manon vient juste de quitter son père. Qu'il est dur de rester impassible à côté. Nous l'écoutons avec attention, ses phrases nous transportent : cet «amour filial immense et réciproque» dont elle parle, se perçoit comme «une empreinte musicale énorme.»

- «Nous étions des fans réciproques. J'aimais et continue à beaucoup aimer sa musique. J'en écoute souvent. Mon père a composé des musiques d'opéras que j'allais voir. Je me souviens notamment du Fantôme de l'opéra avec une chorégraphie de Roland Petit. J'en ai de grands souvenirs. Lorsque je suis entrée au Conservatoire de Paris, les élèves avaient une petite loge au dernier étage de l'Opéra Garnier, sur les cotés, et on avait le droit de venir à tous les spectacles gratuitement. Il y avait eu 14 représentations du Fantôme de l'opéra et j'ai assisté aux 14.»

- Nos métiers nous ont parfois rapprochés. Mon père avait composé la musique d'un ballet à la suite duquel Patrick Dupond avait été nommé étoile. Il se trouve que 20 ans plus tard j'ai été la partenaire de ce dernier lors du spectacle "L'air de Paris" de Jacques Pessis.

Manon Landowski raconte ses souvenirs heureux : les répétitions auxquelles son père venait assister («en 1990, avant un tour de chant, il est venu à une répétition générale. J'étais seule en scène pendant 1h15. A la suite de cette répétition il m'a dit : c'est ça, c'est ta vie !»), les longues discussions au café à côté de l'Institut de France, le partage artistique voire les conseils. Elle évoque aussi des hasards malheureux : à l'âge de 13 ans, elle avait voulu se présenter à l'opéra. Mais un règlement avait été édicté par le directeur de la musique plusieurs années avant qui stipulait que la limite d'âge était de 12 ans. La loi avait été signée par Marcel Landowski lui-même !(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires