Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La Sécurite Sociale ou l’équilibre introuvable

30 milliards d’euros de "trou"... la chronique économique de Philippe Jurgensen

Longtemps, les comptes de la Sécurité Sociale ont été équilibrés. Aujourd’hui, et depuis 30 ans, la recherche de ce temps perdu où les dépenses sociales étaient couvertes par les recettes paraît presque vaine, tant les gouvernements successifs s’échinent, de plans de sauvetage en mesures de rigueur, à combler un déficit devenu proverbial. Philippe Jurgensen passe au crible le dernier rapport paru de la Cour des Comptes et analyse les quatre branches majeures qui composent la "Sécu".


Bookmark and Share

Le «trou de la Sécu» atteindrait, selon un récent rapport de la Cour des Comptes [[Rapport annuel de la Cour des Comptes, publié début septembre 2011.p[- qui a fait du bruit, non pas vingt, comme on le pensait, mais trente milliards d’euros, soit 1,5% du produit national. Loin de se combler, il s’aggraverait, et les déficits cumulés «à peu près chaque année depuis trente ans» entretiennent, selon la Cour, une «spirale de la dette» particulièrement dangereuse pour la légitimité et la pérennité même de notre protection sociale. En effet, il est anormal de financer à crédit des dépenses courantes, qui se renouvelleront d’année en année et ne dégagent pas - du moins, pas directement - de quoi se rembourser dans l’avenir.

Il est vrai que les efforts récents pour contrôler cette dérive permettent au dernier programme publié par le gouvernement d’être un peu plus optimiste: le découvert total attendu en 2012 pour le régime général ne serait que de 14 Milliards d’€, contre 18,2 cette année. Mais ce résultat espéré l’est en partie au moyen de «recettes de poche» qui ne peuvent être renouvelées indéfiniment [[Plus globalement, relevons que depuis cinq ans la hausse des déficits n'a pu être limitée que par la mobilisation de près de vingt milliards de recettes supplémentaires. Pour 2012, les nouveaux prélèvements s'élèvent à six milliards d'€: taxes sur les revenus du patrimoine, sur les mutuelles, sur les alcools, le tabac et les sodas...p[- et le chiffre avancé n’inclut pas le déficit du Fonds de Solidarité vieillesse (3,7 milliards à lui seul) ni ceux des régimes spéciaux. Une fois ceux-ci pris en compte, on se rapproche bien du chiffre de 30 milliards avancé par la Cour; de plus, le ralentissement économique en cours va encore réduire les recettes espérées[[ La progression des salaires sur laquelle repose le PLFSS (budget de la Sécurité Sociale) pour 2012 est de 3,7%, mais la révision en baisse des perspectives de croissance de 1,75 à 1% seulement réduira au moins d'autant le montant des cotisations; la hausse prévisible du chômage dégradera encore un peu plus les comptes.p[-


Quoiqu’il en soit, la dette sociale constituée par l’accumulation des déficits passés et actuels continue de grimper. Devenue, toujours selon la Cour, une «drogue» qui retarde les réformes nécessaires, elle atteignait 136 milliards d’euros fin 2010 et va être portée à 190 milliards. La durée de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires