Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Edouard Brézin : la physique théorique pour dessiner l’avenir

Le Président honoraire de l’Académie des siences se mobilise pour les défis du XXI ème siècle

Édouard Brézin revient au cours de cette émission sur sa carrière au CEA, et ses années d’enseignement à l’ENS rue d’Ulm. Président du CNRS pendant 8 ans, il quitte ses fonctions en 2000 avant de reprendre le flambeau sous une autre forme puisque très touché par la crise des chercheurs, il est à l’initiative des Etats généraux de la recherche en 2005. Président de l’Académie des sciences, il met en place Les défis du XXIe siècle, conférences mettant en avant de jeunes chercheurs à l’Académie. Aujourd’hui très sollicité pour les questions d’actualité concernant le nucléaire, il nous livre sa vision de l’avenir énergétique en France.


Bookmark and Share

Edouard Brézin a été marqué par la guerre. Et lorsqu’on lui demande d’évoquer les moments forts de sa vie, il commence par faire l’éloge des Justes. « Je suis né pendant la guerre, mes parents étaient Juifs et étrangers. Nous devons notre survie à de braves gens qui au péril de leur vie nous ont aidés. J’en garde des souvenirs très nets ».

Passée cette sombre période, Edouard Brézin grandit dans le quartier du Sentier à Paris. Il poursuit ses études et entre à l’Ecole Polytechnique « avec des cours de sciences la plupart du temps exécrables » sourit-il. « Le cours du professeur de physique culminait avec l’année 1905 de la relativité restreinte… alors que nous étions en 1960 et mon professeur de chimie croyait en la transmutation par les plantes ». Plutôt attiré par les mathématiques, c’est la lecture d’un livre sur la mécanique quantique d’Albert Messiah qui l’oriente vers la physique théorique à cette période. Et signe du destin, il le rencontre peu de temps après, lors d’une conférence à l’X pour présenter les métiers du CEA. C’est ainsi qu’Edouard Brézin suit les traces de son maître à penser et entame une longue carrière à Saclay « en tant qu’ingénieur » précise-t-il. Il y reste pendant 20 ans, mais éprouve très vite parallèlement le besoin d’enseigner « pour le plaisir de raconter les choses qu’on aime, de voir des jeunes gens aux yeux brillants. Et pour avoir aussi une fonction sociale, car je ne connais personne qui a eu 40 ou 50 années de découvertes fertiles ! »

Au cours de sa carrière, Edouard Brézin voyage beaucoup. Jeune professeur assistant à Princeton en 1971, il fait la rencontre de Kenneth Wilson (prix Nobel de physique 10 ans plus tard). Notre invité se souvient :(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires