Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Émissions à découvrir !


René de Obaldia : Le mot que je préfère ? Onirique !

Le poète académicien confie à Elizabeth Antébi sa fascination pour le rêve...

Dans l’intimité du studio de Canal Académie, René de Obaldia, de l’Académie française, s’entretient avec Elizabeth Antébi sur deux mots qui émaillent son oeuvre mais qui n’en font qu’un : rêve et onirique


Bookmark and Share

Les écrivains ont parfois des mots fétiches qu'ils éparpillent dans leur œuvre, comme des balises, des repères qui font se dire au lecteur, "ah, je suis bien en sa compagnie..." René de Obaldia ne fait pas exception ; ainsi, les mots rêve et onirique reviennent souvent dans son oeuvre comme le fait remarquer Elizabeth Antébi. «Le rêve est-il pour vous la réalité ?» demande-t-elle à l'écrivain, qui avoue ne pas savoir ce qu'est la réalité. «Nous vivons dans des représentations mentales comme disent les Hindous [...], dans l'illusion.»

Si le rêve est si présent chez René de Obaldia, c'est parce que pour lui «la réalité est un univers très vaste qui nous échappe complètement.» L' académicien confie qu'avec l'âge, il a l'impression de comprendre ce que voulait dire Caldéron quand il titrait l'une de ses pièces de théâtre "La vie est un songe".
«Et le cauchemar existe-t-il ?» René de Obaldia préfère n'en point parler mais plutôt évoquer «le sens tragique de la vie», reprenant ainsi le titre de l’œuvre philosophique de Miguel de Unamuno.

Découvrez plus bas les extraits de textes de celui que Jean Vilar avec Genousie avait le premier intronisé « poète onirique »
.




THEATRE



Génousie (« comédie onirique »), Grasset, 2005 (première édition : 1960)


Premier acte, scène IV


IRENE, CHRISTIAN, LE CADAVRE


CHRISTIAN, tout près d’Irène. – Irène !
IRENE, souriante, et sur un mode ironique. – Mon assassin joli !... Mon poignard aux yeux bleus ! Voilà qu’on profite de mon absence pour tuer ses rivaux !... Mais c’est vilain, très vilain ! (Lui prenant les mains.) De si belles mains tachées de sang… Attention, c’est contagieux :(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires