Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les mille et un contes de Shéhérazade

Le bibliologue Bertrand Galimard Flavigny

Découvrir l’histoire d’un manuscrit célèbre, celui des Mille et une nuits.


Bookmark and Share

La Commagène, cette province de la Syrie qui était bordée à l'Est par L'Euphrate, fut gouvernée par des rois nommés Antiochus. Le quatrième du nom fut détrôné, après trente années de règne en 73, et passa le reste de sa vie à Rome. Racine s'est servi de ce personnage pour incarner l'amant malheureux de Bérénice. Au premier acte, Antiochus fait enfin l'aveu de son amour à la reine de Judée et s'exclame : « Dans l'Orient désert quel devint mon ennui ! » Notre homme aurait été plus occupé aujourd'hui et la pauvre Bérénice qui n'avait d'yeux que pour Titus, n'aurait pas eu à subir les assiduités de ce roi déchu. Il semblerait que les princes de l'Orient aient quelques difficultés à vaincre leur ennui, ou plus exactement leur tourment selon sa signification au dix-septième siècle.

Souvenons-nous de l'argument des Contes des mille et une nuits. Le roi de Perse Sheriyar, convaincu de l'infidélité de sa femme résolut d'en prendre une nouvelle chaque soir et de l'étrangler au matin. Sheherazade, la fille de son vizir s'offrit pour cette union, à la seule condition que sa sœur Dinarzade passât la nuit dans la chambre nuptiale. Au milieu de la nuit, cette dernière demanda à Sheherazade de lui raconter une histoire. Le récit intéressa si fort le roi qu'il suspendit l'exécution de sa femme pour en connaître la suite le lendemain. La même scène se répéta indéfiniment durant les mille nuits suivantes.
Shéhérazade a, semble-t-il, attendu huit siècles, avant de surgir en Occident, et plus particulièrement en France. Un fragment de manuscrit en arabe, daté du IXe , siècle contenant un récit permettant de faire revivre la jeune princesse arabe et sa sœur Dinarzade, fut en effet, découvert, au Caire, en 1869, dans les combles d'un cimetière. Sans la curiosité d'Antoine Galland (1646-1715) et le goût des Français, vers la fin du XVIIe siècle pour les contes, nous n'aurions sans doute jamais connu
La formule magique : « Sésame ouvre-toi ».
Antoine Galland (1646-1715) fait autant figure de diplomate que de voyageur. Il eut la chance d'être envoyé en 1670 à Constantinople comme secrétaire de l'ambassadeur de France, le marquis de Nointrel, sous le règne de Mehmet IV. Il y retourna une seconde fois et entreprit ses travaux de recherches sur les littératures persanes, arabes et turques. Il apprit le turc et s'initia à l'archéologie. Il publia un nombre impressionnant d'essais comme, par exemple, Des origines et du progrès du café en 1699. Quant au(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires