Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’Archipel fête ses vingt ans et lance "La bibliothèque du collectionneur"

Jean-Daniel Belfond : l’éditeur apporte toujours une plus-value au livre !

L’Archipel ? Drôle de nom pour une maison d’éditions ! Jean-Daniel Belfond, son fondateur, explique pourquoi il l’a choisi, dévoile les grandes lignes éditoriales de sa maison, ses auteurs, ses joies et ses plaisirs, mais aussi quelques unes de ses inquiétudes...En cet automne 2011 la maison fête ses 20 printemps et lance sa nouvelle collection "La bibliothèque du collectionneur".


Bookmark and Share

On ne saurait trop le répéter : pas de livres sans auteurs, certes, mais pas de livres non plus sans éditeurs, acteurs majeurs de la chaîne du livre comme l'explique notre invité qui rappelle l'indispensable rôle de celui qui reçoit les manuscrits, conseille les auteurs, s'assure de la distribution et de la vente des livres publiés...

Ce fils d'éditeurs (Pierre et Franca Belfond ont été parmi les tout premiers à lancer des livres format poche dans les années 1963), est bien sûr un peu tombé dans l'édition quand il était tout petit mais "ça ne suffit pas !" affirme-t-il. Pour faire un bon éditeur, il faut aussi, c'est préférable, sortir d'une bonne école de commerce, avec des notions sérieuses de marketing, et même le sens des chiffres...

Une précision tout d'abord : cette maison d'éditions regroupe 4 maisons, "disons si l'on veut 4 labels : l'Archipel, les Presses du Châtelet (parce qu'on est tout près du théâtre parisien de ce nom), Ecriture, et Archi[oche". En 20 ans, ce sont plus de 1000 titres publiés, 200 titres disponibles au catalogue, environ 1200 auteurs. Tout cela, sous la direction de notre invité mais grâce à une équipe d'une quinzaine de collaborateurs.

Inquiet ? ça dépend ...

Est-il inquiet pour l'avenir du livre à cause du numérique ? Pas vraiment. D'une part, il est certain que "l'objet" livre, que l'on tient en mains, procurera toujours du plaisir. D'autre part, si le numérique est incontournable, on peut en utiliser les avantages. Il permet, par exemple, de fabriquer un livre à la demande, à l'unité, sans être obligé de stocker d'énormes quantités ! Pour les libraires, c'est un énorme progrès et un soulagement de pouvoir fournir à un client le livre demandé du jour au lendemain. Autrement dit, le numérique ne va pas tuer le livre mais permettre de s'adapter ! "Le métier d'éditeur demeurera, affirme Jean-Daniel Belfond, car il faudra toujours assurer le travail éditorial, quel que soit le support. Le mode de consommation de la lecture peut changer, en effet, mais le travail de l'éditeur et du libraire apporteront toujours une plus-value appréciable".

Les ouvrages ? Ils vont des romans du terroir aux livres de suspense, des romans(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires