Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

René de Obaldia lit des passages de son oeuvre Les Innocentines

Quand l’auteur se fait lecteur, l’auditeur trouve son bonheur...

René de Obaldia, membre de l’Académie française depuis 1999, se dévoile en lisant quelques extraits de son recueil : Les Innocentines. Une plume de talent au service d’une âme d’enfant.


Bookmark and Share

C'est en 1918 que le jeune René de Obaldia, né à Hong Kong en 1918, d'un père panaméen et d'une mère française, « entre en littérature » ; lorsqu'une qu'une de ses œuvres arrive sur le bureau de l'éditrice Clara Malraux. Ce premier succès marque le début d'une longue carrière durant laquelle il a abordé tous les genres avec toujours autant de talent. Sa plume, plusieurs fois récompensée par de prestigieux prix dont le Grand prix du théâtre de l’Académie française (en 1985) et le Molière du meilleur auteur (en 1993), lui a valu une réputation internationale.
Ainsi, en 1999, ce fameux représentant des lettres françaises entre à l'Académie au fauteuil 22, succédant à Julien Green.

Ce poème, « Chez moi », est extrait de l'œuvre Les Innocentines, parue en 1969 et Grand prix de la poésie de la SACEM (1988).

« Chez moi, dit la petite fille
On élève un éléphant.
Le dimanche son oeil brille
Quand Papa le peint en blanc.

Chez moi, dit le petit garçon
On élève une tortue.
Elle chante des chansons
En latin et en laitue.

Chez moi, dit la petite fille
Notre vaisselle est en or,
Quand on mange des lentilles
On croit manger un trésor.

Chez moi dit le petit garçon
Nous avons une soupière
Qui vient tout droit de Soissons
Quand Clovis était notaire.

Chez moi dit la petite fille
Ma grand-mère a 100 000 ans
Elle joue encore aux billes
Tout en se curant les dents.

Chez moi dit le petit garçon
Mon grand[ère a une barbe
pleine, pleine de pinçons
Qui empeste la rhubarbe.

Chez moi dit la petite fille
Il y a trois cheminées
Et lorsque le feu pétille
On a chaud de trois cotés.

[...]

Chez moi, dit le petit garçon
Vit un empereur chinois.
Il dort sur le paillasson
Aussi bien qu’un Iroquois.

Iroquois ! dit la petite fille.
Tu veux te moquer de moi.
Si je trouve mon aiguille,
Je vais te piquer le doigt !

Ce que c’est d’être une fille !
Répond le petit garçon.
Tu es bête comme une anguille
Bête comme un saucisson.

C’est moi qu’ai pris la Bastille
Quand t’étais dans les oignons.
Mais à une telle quille
Je n’en dirai pas plus long !
»



***

Dans le même recueil, les grands enfants pourront lire « Antoinette et moi » :(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires