Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les trois « péchés capitaux » du capitalisme occidental

Le modèle se montre-t-il trop arrogant, faible ou manquant de courage moral ? Le point de vue de Jean-Louis Chambon

En plein coeur de la tourmente ne serait-il pas enfin temps de tirer les leçons de notre politique économique ? Quelles erreurs ont été commises par les dirigeants du vieux continent ? Avons-nous les moyens de réparer nos fautes ? Toutes ces questions, et bien d’autres encore, sont soulevées et trouvent une réponse dans cette nouvelle chronique Economie et finances, de Jean-Louis Chambon, président du Prix Turgot.


Bookmark and Share

D’expérience on sait que la gravité des « péchés capitaux », ne tient ni à leur nombre ni à leur nature, mais au risque d’en entraîner de bien pires…
C’est donc aussi une forme de sagesse que de regarder ceux qui paraissent émerger du capitalisme occidental dans les dérives liées aux crises économiques et financières de 2008 et 2011 : l’arrogance, l’érosion du courage moral des dirigeants et la faiblesse du modèle face à la duplicité des « grandes firmes apatrides ».

- L’arrogance du modèle occidental tout d'abord. Cette fierté mêlée d’insolence méprisante a atteint son apogée avec la fin du rêve de l’alternative collectiviste à la fin des années 1990. La chute symbolique du mur de Berlin marquant « la fin de l’histoire » [[Francis Fukuyama : le dernier homme ou la fin de l’histoire - 1992p[- mais le triomphalisme qui en a résulté a aussi la fragilité de la puissance[[La fragilité de la puissance : Alain Gras - Fayardp[- et annoncé une forme de décadence intellectuelle et morale d’une large part des élites, des politiques comme des économistes, enracinées dans leur certitude de l’émergence d’un « âge d’or » illimité, fruit du modèle capitaliste occidental.
Ces nouvelles croyances et leurs représentations ont pensé pouvoir éliminer le risque et le facteur Temps dans l’immédiateté et les modèles mathématiques ; elles ont en réalité ouvert la voie à « l’économie de la dette » et à l’ère de « la monnaie de singe »[[Dettes et monnaie de singe, un système économique à renouveler – Hubert Rodarie chez Salvatorp[- ; cela dans le sillage de l’hégémonie américaine et de la financiarisation exubérante de l’économie alimentée par la confusion et la collusion des intérêts entre dirigeants et certaines parties prenantes des organisations.
En effet si le modèle collectiviste s’est effondré en privilégiant le dogmatisme à l’économie et si le modèle japonais n'a pas mieux réussi, le « capitalisme totalitaire », lui, incarné par le modèle chinois a triomphé partout très au-delà des attentes, à l’exception certes notable de l’émergence anticipée d’une(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires