Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les grands enjeux démographiques du XXIe siècle

Les rendez-vous économiques du Cercle Turgot, animés par Jean-Louis Chambon

La population du monde s’accroît mais surtout elle vieillit. Quelles sont les conséquences économiques de ce grand fait démographique ? Pierre Sabatier, économiste, cofondateur du cabinet d’analyses Primeview et administrateur du Cercle Turgot a conduit récemment une étude très élaborée sur ce sujet et livre ici ses premières conclusions au micro de Jean-Louis Chambon qui anime désormais pour Canal Académie ces nouveaux "rendez-vous du Cercle Turgot".


Bookmark and Share

Le grand fait démographique du XXIe siècle ne sera pas la hausse exponentielle de la population mais son vieillissement :
le phénomène du vieillissement n'est pas encore suffisamment intégré dans les réflexions des pays leaders dans le monde, alors qu'ils seront les premiers à en subir les conséquences. Or cette problématique s'avère à l’analyse largement aussi importante que les autres grands sujets qui préoccupent le G 20.

« Nourrir près de 10 milliards de terriens » en fin de siècle sera paradoxalement et contrairement aux idées reçues, sans doute plus aisé que de trouver les nouveaux équilibres politiques, économiques et sociaux, qu'engendrera cette déformation de la structure des générations dans le monde.

Les pays industrialisés, comme les émergents, seront touchés de la même manière. Seuls les pays pauvres continueront à croître ce qui modifiera leur impact géopolitique dans un monde où la part de la population active sera en constante régression au profit des seniors. Aussi, nos modèles de société construits durant l’après guerre sur une population jeune seront-ils profondément inadaptés à la nouvelle pyramide des âges : d'une part
les taux de croissance seront plus faibles mais aussi l’innovation, qui conditionne largement les taux de croissance dans un « monde fini », sera moins facile à mettre en œuvre. La demande des ménages souffrira du vieillissement et les finances publiques, héritées des déséquilibres des générations précédentes, vont peser lourdement sur les attentes et les besoins des générations les plus jeunes. Le taux de croissance mondiale en sera sans doute affecté et les taux d'intérêts, de facto, apparaîtront durablement plus faibles que durant les périodes précédentes.
D'autres conséquences, structurelles, affecteront le patrimoine des ménages qui va également profondément changer. En effet,
le vieillissement est défavorable aux actifs risqués, donc aux actions.
Les taux d’intérêt devraient rester faibles pour les grands pays du cœur de la zone euro durant les 10 prochaines années, le Japon subira des tensions extrêmement fortes qui pourraient déboucher sur un krach obligataire dont les conséquences seraient très lourdes pour l'ensemble de la planète finance. Enfin « l’immobilier souffrira partout dans le monde, les jeunes primo-accédants se réduisant comme peau de chagrin ».

Pierre Sabatier(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires